Hello Watt a comparé la facture annualisée des différents modes de chauffage, allant de la chaudière fioul à la PAC air / eau en passant par le propane, les radiateurs électriques et la chaudière gaz THPE, pour une maison-type de 100 m² avec 12 000 kWh/an de chaleur nécessaire.

Alors que la période de chauffage commence, de nombreux Français s'interrogent sur le choix des équipements les moins énergivores pour se chauffer. Et l'interrogation est légitime, au vu des fluctuations du prix des énergies sur l'année écoulée. L'entreprise Hello Watt, qui analyse toutes les datas en lien avec l'énergie, a d'ailleurs relevé ces différentes évolutions de prix en un an. Si l'électricité a augmenté de 8 % entre juin 2021 et juin 2022, le prix du kWh électrique étant très encadré par le gouvernement, le prix du gaz a grimpé de 25 % sur la même période, le granulé de bois a pris + 41 %, le propane + 17 % et le fioul + 93 %. Afin de proposer aux utilisateurs finaux un système de chauffage peu gourmand en énergie, et pas seulement à l'investissement mais également en prenant en compte l'achat de l'énergie au quotidien, Hello Watt a donc étudié une facture annualisée pour une maison-type de 100 m² avec 12 000 kWh/ an de chaleur nécessaire.

Anticipation de la hausse du prix des énergies

Cette facture annualisée prendrait en compte 1/20ème de l’investissement de départ (20 ans étant la durée de vie moyenne de tous les appareils de chauffage) et une année de combustible, en considérant un prix moyen sur les 20 prochaines années basé sur une augmentation annuelle de 5 % pour les énergies fossiles, 3 % pour l’électricité et le bois. Pour 2023, Hello Watt a tout de même appliqué une augmentation de 15 % pour l’électricité et le gaz suite aux annonces gouvernementales. L'étude tient également compte des rendements suivants en fonction des équipements : PAC COP=3, Bois : 95 %, Chaudière gaz THPE : 90%, Radiateurs électriques : 100 %, Propane : 85 %, Fioul 80 %, Convecteurs électriques 80 %. Hello Watt a cependant négligé les frais d'entretien, étant similaires selon les data analysts.

La PAC air / eau gagnante grâce aux aides

Le résultat de l'étude se découpe en deux parties : les maisons disposant d'une boucle d'eau chaude et celles précedemment chauffées par des convecteurs électriques. Pour la première catégorie, le podium se partage entre la chaudière gaz THPE à  la troisième marche, la chaudière biomasse juste devant et la PAC air / eau au plus haut. Selon Hello Watt, même si elles peuvent être chères à l’achat, les pompes à chaleur sont largement subventionnées. Elles fonctionnent à l’électricité, une énergie relativement chère, mais transforme un kWh consommé en 3 kWh de chaleur produite. Cela permet d’avoir une consommation très faible, ce qui en fait le système de chauffage le plus intéressant à installer aujourd’hui. Les chaudières biomasse utilisent quant à elles un combustible peu cher : le bois. " Elles sont écologiques, mais il faut pouvoir stocker les granulés ou les bûches ! " constate Hello Watt.

Du PV pour alléger la facture du chauffage électrique

Pour les ménages qui ne sont pas équipés d'un réseau d'eau chaude, l'étude décerne la médaille d'or à la PAC air / air, suivie du poêle à bois et du chauffage électrique, même si Hello Watt précise que " se chauffer exclusivement à l’aide de radiateurs électriques revient très cher. Dans ce cas, l’installation de panneaux solaires pour produire sa propre électricité peut être une très bonne option. "

etudehellowattrestechargechauffage.jpg
Hello Watt
Reste à charge par système de chauffage

L'enquête s'est également intéressée au reste à charge par système de chauffage, en se fiant aux montants des aides fournies par l'Anah notamment et au prix moyen du matériel et de sa pose. Et le résultat reste très changeant en fonction du revenu des ménages. Pour les foyers les plus modestes, la chaudière biomasse sera le système le plus économique à l'installation (2 500 €) alors qu'elle sera la plus coûteuse pour un ménage très aisé (15 000 €). La chaudière gaz THPE, très peu aidée par le gouvernement, et bienôt même plus du tout par le dispositif MaPrimeRénov', reste quant à elle assez stable, le prix fourni posé étant compris entre 5 100 et 5 400 € en fonction des revenus.

">