L'Ademe vient de publier un rapport d’expertise analysant à quelles conditions la rénovation par étapes de maisons individuelles atteint un niveau de performance BBC rénovation ou équivalent. Résultat, pour que le parc français affiche de tels résultats en 2050, il ne faut pas dépasser 3 étapes, dont la première visant l'isolation et la ventilation.

Dorémi et Enertech ont réalisé pour le compte de l'Ademe une étude " analysant les conditions de réussite nécessaires à la réalisation de rénovations performantes permettant au parc français de maisons individuelles d’atteindre, par étapes, le niveau de performance BBC rénovation ou équivalent à l’horizon 2050. " Ses conclusions confirment l'importance de la notion de " vision globale " du parcours de rénovation, rappelant que " juxtaposer des « gestes de travaux » ne permet pas d’atteindre cet objectif " et serait même contre-productif car vecteur de pathologies potentielles (migration d’humidité et de vapeur d’eau par exemple). En cause notamment, une mauvaise gestion de l'interface entre les lots lorsque ces derniers ne sont pas réalisés simultanément.

Rénovation complète performante

Résultat : plus le nombre d'étapes est réduit, plus la probabilité de remplir l'objectif est grande. Le scénario idéal étant logiquement la rénovation complète et performante. Ajouter une ou deux étapes reste efficace, sous réserve que les plannings d'intervention assurent la bonne réalisation des interfaces et des interactions. En revanche, au-delà, les niveaux ne seront pas atteints à l'horizon 2050. Or, ces cas de figure correspondent à la majorité des pratiques actuelles. Même constat "pour un parcours par gestes de travaux embarquant un niveau de performance intrinsèque compatible avec le niveau BBC rénovation pour les 6 postes mais sans prendre en compte les interfaces et interactions. Pour ces parcours, les niveaux de consommation du parc à terme sont 1,4 à 2,7 fois plus élevés que les objectifs."

Pas plus de 3 étapes pour atteindre 80 kWhEP/m²shab.an

Selon le rapport, il est préférable que la première étape de rénovation vise les travaux d'isolation et de ventilation, " pour éviter des pathologies et un surdimensionnement des systèmes de chauffage, grevant la performance des systèmes de production de chauffage. "

L’étude met également en évidence que l’intégration des énergies renouvelables est " souhaitable et même parfois nécessaire " afin d’atteindre le niveau de performance visé, notamment pour le chauffage (bois, PAC), dans les parcours en 3 étapes et moins. L’amélioration du bilan énergétique d’un parcours en 4 étapes ou plus avec l’intégration d’énergies renouvelables est " envisageable d’un point de vue strictement énergétique, mais le nombre important d’étapes génère des risques pour la santé des occupants, notamment le cas du report de la ventilation. "

Comment renverser la tendance ?

Le rapport propose :

- d'axer la communication nationale autour de la rénovation énergétique en intégrant la notion de performance (sain + préservation du bâti + confortable + consommation BBC rénovation ou équivalent) pour les rénovations en une ou plusieurs étapes (3 maximum) ;

- de densifier le dispositif d’information, de conseil et d'accompagnement des ménages et de le faire évoluer pour y intégrer l’accompagnement technique en amont pendant et après le chantier ;

- de soutenir la montée en compétences et l’accompagnement des professionnels dans leurs changements de pratiques afin de pouvoir traiter les nouveaux enjeux, complexes.

>> Ademe, Dorémi, Enertech, La rénovation performante par étapes-Étude des conditions nécessaires pour atteindre la performance BBC rénovation ou équivalent à terme en logement individuel, 2020, 196 pages -  https://www.ademe.fr/mediatheque

Définition

- Le document définit un bâtiment rénové performant comme "un bâtiment qui a traité les 6 postes de travaux (isolation des murs, des planchers bas et de la toiture, remplacement des menuiseries extérieures, ventilation et production de chauffage/eau chaude sanitaire) ainsi que les interfaces (jonctions physiques entre ces postes de travaux assurant l’étanchéité à l’air et la continuité́ de l’isolation) et les interactions entre ces postes (bon dimensionnement des systèmes notamment)".

- Le niveau BBC rénovation fait référence aux termes de l’arrêté du 29 septembre 2009, soit un objectif de consommation de 80 kWh en énergie primaire par m² SHON et par an modulée selon la situation géographique et l’altitude du lieu considéré.

">