Strasbourg avait sa cathédrale et son marché de Noël. La capitale alsacienne a désormais la première tour de logements à énergie positive de France, voire du monde. depuis près de deux ans, soixante-trois appartements répartis sur seize étages et 1 000 m² de bureaux en rez-de-chaussée sont chauffés grâce à une ventilation « hybride », soutenue par le réseau de chaleur urbain local et 1 400m² de photovoltaïque. Un menu copieux offert par la maison : les factures énergétiques des locataires étant quasi nulles.

On la surnomme la tour du futur, tant son architecture effilée et lumineuse détonne dans le ciel strasbourgeois. Pointu sur la façade Nord, pour que le vent froid y glisse sans pénétrer les appartements, l’immeuble est équipé sur la façade Sud, de fait plus large pour profiter au maximum de l’énergie solaire, de 405 m² de panneaux photovoltaïques sur supports verriers, jouant le rôle d’ombrière en filtrant l’intensité du soleil les jours de grand beau temps. Sur la façade est, on trouve également 385 m² de panneaux photovoltaïques sur backsheets noirs, pour se fondre dans le décor. à cela s’ajoutent les 485 m² de panneaux photovoltaïques installés en toiture. La production annuelle totale issue de l’énergie solaire atteint donc 177 mWef, soit 90,3 kWhep/m²/ an. Selon les ingénieurs du bureau d’études elithis, en charge de la conception du bâtiment, cette production représente 110 % des besoins du bâtiment, avoisinant les 80,8 kWh/m²/an en énergie primaire, tous usages, selon le calcul StD. rien que de l’extérieur, le bâtiment permet donc aux habitants d’avoir une facture énergétique annuelle autour de 80 €/an, bien inférieure à la moyenne nationale de 1 600 €/an. Une prouesse qui annonce encore plus de surprises technologiques une fois la porte de l’édifice passée.

Eau hypercalorique

Au sous-sol, déjà, on peut remarquer une seule sous-station, avec un échangeur sur le réseau de chaleur urbain de l’eurométropole alimenté par la biomasse. deux départs dédiés, l’un pour les bureaux et l’autre pour les logements de la tour, sont à l’origine de la production d’eau chaude sanitaire et de chauffage. Pour éviter tout gaspillage, le bâtiment dispose d’une seule boucle d’eau pour le chauffage et l’ecS, et chaque appartement est équipé d’un module thermique individuel intégré à un placard technique au-dessus des toilettes, et signé France Air. Cette innovation baptisée Yzentis evolution Floor intègre également un système de récupération de chaleur sur Vmc qui, en fonction des saisons, passe automatiquement d’une ventilation simple flux à un dispositif double flux. toujours dans la salle de bains, pour préchauffer l’eau de la douche, une récupération des eaux usées de type Zypho a également été installée sous le bac de douche, et branchée au côté froid du mitigeur. mais revenons à cette ventilation hybride.

Ventilation en trois services

L’hiver, c’est donc la fonction double flux du système qui est utilisée. La prise d’air neuf est réalisée dans chaque appartement au niveau d’un caniveau chauffant dans le faux plancher, système imaginé par elithis que nous détaillerons plus loin, et l’extraction se fait collectivement en toiture. Le système est équipé d’un échangeur de chaleur dont le rendement est annoncé à 91 % par le bureau d’ingénierie. de quoi assurer la majeure partie des besoins en saison de chauffe, le reste provenant du réseau de chaleur urbain. L’été et en intersaison, les commandes de chauffage et le ventilateur de soufflage s’arrêtent, et le système de ventilation passe en simple flux, avec toujours la prise d’air neuf via le caniveau dans ce fameux faux plancher. baptisé Flexi Floor par elithis, ce dispositif breveté permet l’encaissement au sol des diffuseurs de chauffage et d’air ainsi que l’installation électrique. L’espace sur les murs est libéré, et l’installation d’émetteurs de chauffage sous les baies vitrées devient possible, « sans gêner leur franchissement tout en créant un écran thermique qui vient balayer la paroi vitrée » explique-t-on au sein d’elithis. Vous l’aurez compris, la tour danube multiplie les innovations technologiques, jusqu’à accompagner les occupants dans la gestion de leur habitation pour arriver à une facture énergétique nulle, voire négative.

Service à emporter

Elithis a développé une application grâce à laquelle toute la domotique peut être contrôlée à distance, et les habitants coachés par ce service. En hiver, par exemple, les locataires peuvent recevoir une notification sur leur smartphone conseillant d’ouvrir les volets pour profiter de l’ensoleillement et consommer moins de chauffage. Une collaboration qui a permis aux deux tiers des occupants de ne rien débourser pour leur consommation énergétique depuis leur emménagement, edF rachetant à la tour danube le surplus de sa production énergétique issue des panneaux solaires.

FICHE TECHNIQUE

Bas-Rhin (67)
Strasbourg

Équipements
Panneaux photovoltaïques,
système de chauffage par
vecteur air avec récupération de
chaleur, caniveaux chauffants,
récupérateur passif d’eaux usées

Postes couverts
chauffage, rafraîchissement
et ecS d’un immeuble
de 63 appartements

Exploitation
depuis début 2018

Acteurs
• Concepteur : Elithis
• Architecte : X-tu

">