Spécialiste du chauffage électrique, le groupe Müller profite du Consumer Electronics Show (CES), grand-messe de l’intelligence artificielle et des objets connectés qui se déroule actuellement à Las Vegas, pour annoncer son union avec Netatmo, leader français du thermostat connecté. Le couple repartira avec deux Awards dans les bagages.

Netatmo profite du gigantesque show du CES pour annoncer son partenariat avec le groupe Muller. La solution de pilotage intuitive développée par Netatmo pour les radiateurs électriques Muller a reçu à Las Vegas deux Awards dans les catégories "Smart Home" et "Eco Design & Sustainable Technologies". Concrètement un module baptisé « Intuitiv with Netatmo » s’emboite dans la partie prévue à cet effet, à l’arrière du radiateur Muller.       "Dis Intuitiv, augmente la température de 2°C" Le module sera vendu à partir de mai prochain, seul ou directement intégré dans les radiateurs électriques de la marque Muller – Airelec, Applimo, Campa et Noirot. Une fois en place, il permet de piloter le chauffage par la voix et génère intuitivement des plannings de chauffe pièce par pièce,  adaptés aux habitudes de vie des occupants tout en tenant compte des caractéristiques du logement. Par exemple, lorsque les habitants quittent leur domicile, les radiateurs passent en mode "Absent" grâce à la géolocalisation des smartphones.  Cette introduction d'une dose d'intelligence artificielle dans le radiateur électrique est un moyen de remettre au goût du jour le chauffage par effet Joule, expulsé des logements neufs avec l'application de la RT 2012. « Nous avons la conviction profonde que les solutions intelligentes de chauffage électrique sont une réponse pertinente aux enjeux environnementaux dans le bâtiment et posent les bases d’une smart home bienveillante », remarque Pascal Teurquetil, DG du groupe Muller.   Le chauffage électrique prend sa revanche au CES de Vegas   La jeune pousse française Lancey, qui propose, elle, un radiateur électrique capable de stocker l’électricité des heures creuses pour l’utiliser durant les pics de demande quand l’électron est vendu au prix fort et est le moins vert, a reçu un « Best of innovations », récompense la plus prestigieuse du salon de Las Vegas.   Interrogé par Génie Climatique Magazine, son fondateur Raphaël Meyer se dit un grand admirateur du cycle de Carnot et trouve que la pompe à chaleur est une invention incroyable. Mais, selon lui, « le radiateur électrique à un avantage majeur sur la PAC, il ne subit pas d’usure mécanique avec le temps ». C’est pourquoi il est persuadé que du fait de sa simplicité, à condition qu’il se renouvelle, le radiateur électrique a de l’avenir dans le génie climatique.   « Evidemment, notre radiateur à infrarouges lointains possède toute l’intelligence des radiateurs électriques dernière génération : détection de présence et algorithme d’apprentissage pour anticiper les besoins  de chaleur. Mais l’ingéniosité de notre radiateur ne se trouve pas là. La différence avec ce que proposent aujourd’hui les acteurs du marché est une batterie embarquée au Lithium. Ainsi, la batterie se charge durant les heures creuses et se décharge pour faire fonctionner le radiateur durant les pics de consommation quand l’électricité est la plus chère et la plus carbonée , explique ce dernier. En introduisant la batterie directement dans l’usage du radiateur, nous pouvons nous passer de l’onduleur, ce qui réduit considérablement le coût. De plus, le fait d’implanter la batterie de stockage nous permet de valoriser les pertes thermiques de la batterie car 15% de l’énergie stockée sont restitués sous forme de chaleur ». Pour le jeune entrepreneur, cette innovation concoure à faire oublier l'image de grille-pain qui colle au chauffage électrique. Un objectif partagé avec le DG du groupe Muller. Il se murmure d'ailleurs à Vegas que des discussions en vue d'un rapprochement entre la jeune pousse et le leader français du chauffage électrique ont été entamées...   Lire notre article CES 2018 : Somfy en mode open source