Johanna Tamietti-Richert, gérante d'une entreprise d'installation et maintenance à Digne-les-Bains (04), avoue devoir jouer à Tetris avec son planning en fonction des réceptions de commandes.

" Je dois attendre 17 semaines pour recevoir une chaudière à granulés "

Comment se passe ce début de saison de chauffe ?

C'est très compliqué. Nous devons jongler entre le matériel qui n'arrive pas mais qui est urgent, celui qui est en stock mais qui n'est pas une priorité à installer. Je suis très inquiète pour les gens qui sont en train de tomber en panne alors que nous n'avons peut-être pas le matériel pour remplacer ou réparer leur équipement. Nous avions pourtant prévenu en amont nos clients, leur conseillant d'anticiper au maximum au risque que nous ne puissions pas intervenir rapidement. Mais comme souvent, beaucoup attendent d'être en galère pour nous contacter, et on se retrouve dans des situations très compliquées.

Quels sont les délais annoncés par les fabricants ?

Cela varie énormément en fonction des appareils. Pour une chaudière gaz, il faut compter environ trois semaines. Une pompe à chaleur, le délai va de six à douze semaines. Et le pire, c'est pour la chaudière à granulés, où je n'aurai pas les équipements avant dix-sept semaines, soit en mars 2022 ! Et encore, je ne suis pas sûre que ces délais seront maintenus. Il m'est arrivé de recevoir des commandes plus tôt que prévu, d'autres pas du tout. J'attends encore deux pompes à chaleur... Clairement, je suis obligée de jouer à Tetris avec les plannings de mes équipes.

Avez-vous pensé à changer de marque pour privilégier celles qui ont du stock ?

J'y ai réfléchi, oui, mais nous perdrions trop de temps à maîtriser une machine que nous ne connaissons pas. Et puis, certains te disent qu'ils ont du stock et finalement, dix jours après, tu te rends compte que c'est la même situation partout !

Comment le prennent vos clients ?

Ils ne comprennent pas toujours que nous ne puissions pas leur donner une date fixe. Certains commencent à entendre qu'il y a une pénurie de matériaux et que ça compliquera certainement leur installation, mais il faut encore beaucoup discuter avec eux pour leur expliquer le problème. Après un peu de pédagogie, d'ailleurs, beaucoup nous confirment qu'ils sont prêts à attendre que l'équipement choisi soit disponible et qu'il n'y a rien d'urgent, à part quelques pannes que j'ai dû régler au plus vite.

Comment imaginez-vous les prochains mois, même s'il est difficile de se projeter ?

Il y a quelques semaines, j'étais vraiment inquiète. Je pensais même devoir mettre mes gars au chômage partiel parce qu'aucun équipement n'était en stock pour être posé, alors que nous avons l'agenda rempli jusqu'à la fin d'année, même au-delà ! Finalement, nous arrivons à faire travailler tout le monde, en fonction de ce qui arrive. Actuellement, je suis surtout énervée par les margoulins qui font signer des devis en promettant monts et merveilles aux particuliers et à des tarifs vraiment bas. Sauf qu'après, ils nous appellent pour qu'on devienne leur sous-traitant. Au prix qu'ils proposent, on aurait à peine deux jours sur site pour installer au lieu de quatre habituellement, c'est n'importe quoi ! Je préfère ne pas signer à tout-va et garantir des installations de qualité à mes clients.

">