Une maison située à Jouy dans l’Eure-et-Loir réalisée par la société Construit 28 a reçu mi-mars la certification Énergie 3 Carbone 1 par Promotelec Services. Elle associe PAC à compression électrique double service pour la production de chauffage et d’ECS, VMC double flux et panneaux PV.

Située à Jouy, à 12 km de Chartres, la maison d’une surface de 136 m² bâtie par Construit 28 se caractérise par sa pompe à chaleur Atlantic - modèle Alfea Extensa Duo 8 - à compression électrique double service qui alimente un plancher chauffant au rez-de-chaussée de 124,37 m². Des sèche-serviettes à effet Joule sont accrochés au mur dans les salles de bains. Cette même PAC couvre l’intégralité des besoins d’ECS. « Le choix de recourir à une pompe à chaleur électrique a été opéré par le maître d’ouvrage. Cette solution est peu carbonée et présente l’avantage de regrouper les productions de chauffage et d’ECS en un seul équipement. De plus, la PAC fonctionne sur l’air extérieur dans lequel elle va collecter les calories pour les restituer dans le volume chauffé. A ce titre, elle contribue au bilan ENR de la construction », développe Dominique Desmoulins, directeur général de Promotelec Services, certificateur du label E+C-. Cette maison, la première du genre dans le département, répond au niveau Énergie 3 et au niveau Carbone C1 de l'expériementation E+C-. Mais aurait-on pu être Energie 3 avec un autre système de production de chauffage/ECS ? Pour Dominique Desmoulins, le niveau E3 « aurait certainement pu être atteint à l’aide d’un autre système de chauffage / ECS, et également avec le recours à une émission de chauffage par des radiateurs au lieu du PCBT. Mais l’enjeu était ici de concilier les aspects énergie (E3) et carbone (C1) ». Double flux plutôt que simple flux Une VMC double flux de marque S&P - modèle Ideo 325 Ecowatt - assure le renouvellement d’air de l’habitat et couvre une partie des besoins de chauffage. « Il est fort probable qu’une VMC simple flux, hygroréglable de type B, aurait également permis d’atteindre le niveau énergétique E3. Au-delà de sa performance, le recours à la VMC double flux présente avant tout des intérêts dans la maitrise de la qualité de l’air intérieur », ajoute le DG de Promotelec Services. 24 tuiles PV sur le toit Pour la production locale d'électricité, 24 tuiles photovoltaïques assurant la production autoconsommée à hauteur de 64 %. Dominique Desmoulins nous confirme que la maison n’aurait pas pu être E3 sans panneaux PV. « Le niveau E3 n’aurait pas été atteint sans recours à l’installation PV. En effet, le niveau E3 suppose que la part des énergies renouvelables dans le bilan énergétique de la construction soit au moins égale à 20 kWhEP/m².an. Or, pour atteindre ce niveau, il est aujourd’hui nécessaire de produire de l’énergie à demeure. L’installation photovoltaïque répond ici pleinement à ce besoin ». Alors aurait-on pu être E4 avec plus de panneaux PV ? « Oui ! », prédit le DG de Promotelec. « Mais la question qui se serait alors posée est celle de l’utilisation de cette énergie qui, par définition, est produite uniquement la journée. Les solutions techniques actuelles auraient certainement nécessité de mettre en place une structure de stockage et gestion de l’énergie produite, de façon à redistribuer celle-ci hors des périodes de production. L’atteinte de ce niveau aurait nécessité de nouvelles études du bilan énergétique du projet ».