Depuis quelques jours, il est possible de connaître en ligne et en direct les niveaux de concentration en particules fines (PM2,5 et PM10)dans les stations Châtelet, Auber et Franklin-Roosevelt.

A la station Auber du RERA, le taux de PM10 (Particules fines de diamètre inférieur ou égal à 10 micromètres), dont la concentration est en partie liée aux systèmes de freinage du matériel roulant, est par exemple monté à 250 microg/m3 à 7h ce jeudi 19 avril. A titre de comparaison, l’Organisation Mondiale de la Santé recommande de ne pas dépasser plus de 3 jours par an une exposition à un taux de 50 microg/m3. A la même heure, le taux de CO2, lié à la fréquentation et à la qualité du renouvellement d’air, était de 700ppm.   Ventilation à revoir   Consciente de l’enjeu sanitaire qui se cache derrière ces niveaux préoccupants de polluants, la RATP a lancé en 2016 un plan de rénovation qui porte sur près de la moitié de ses 350 systèmes de ventilation. Des efforts sont également portés sur l’optimisation des systèmes de freinage du matériel roulant. Lire notre article Engie Axima en plein BIMisation