Les députés de la commission des affaires économiques ont amendé le projet de loi « évolution du logement, de l'aménagement et du numérique » (Elan) et réintroduit le carnet numérique.

"Les onze expérimentations de carnet numérique qui ont été engagées ont porté leurs fruits : elles montrent que ce dispositif fonctionne. Nous devons maintenant le mettre en œuvre de manière effective afin d'assurer la transition énergétique des bâtiments et leur rénovation", explique Marjolaine Meynier-Millefert, la député LREM de l'isère porteuse de l'amendement. Ce carnet doit permettre « de connaître l'état du logement et du bâtiment, lorsque le logement est soumis au statut de la copropriété, le fonctionnement de leurs équipements et d'accompagner l'amélioration progressive de leur performance environnementale »,  des informations utiles aux occupants, aux propriétaires ou à des acquéreurs potentiels. Si le texte n’est pas retiré du projet de loi ou modifié au cours de la navette parlementaire, ce carnet de santé du bâtiment, disponible via un service en ligne sécurisé, deviendra obligatoire à partir du 1er janvier 2020 pour toutes les constructions neuves et à compter 1er janvier 2025 pour tous les immeubles existants faisant l'objet d'une mutation.