Directeur marketing du Groupe Aldes, spécialisé dans les solutions dédiées à la maîtrise de l’air et au confort thermique dans tous les bâtiments, Marc Brevière juge indispensable de faire évoluer l’arrêté du 24 mars 1982 relatif à l’aération des logements, en vigueur depuis plus de 35 ans.

  Le taux de dysfonctionnement des ventilations en France est pour le moins préoccupant. Selon vous, faut-il réviser la réglementation ventilation de 1982 ou instaurer une obligation d’attestation à l’achèvement des travaux sur le respect de la réglementation ventilation?    Chez Aldes, nous pensons qu’il faut faire évoluer la réglementation en France afin de mieux répondre aux besoins des occupants des bâtiments et des logements. Concrètement, cela veut dire apporter un air de meilleur qualité, au bon débit et idéalement préfiltré. Ensuite, nous poussons également à instaurer un système de certification des installations en fin de chantier dans le but d’assurer la robustesse de ces dernières sur le long terme.         Nos voisins adoptent tous la VMC double flux, pourquoi pas nous ?    La réglementation ventilation de 1982 a conduit la France à ne jurer  que par le simple flux. Aujourd’hui, les mentalités ont évolué. Chez Aldes, nous pensons qu’il est temps de faire évoluer le marché vers une solution de double flux qui garantit une meilleure performance thermique et surtout, une filtration de l’air qui répond aux problèmes de santé public liés à l’asthme, à la pollution aux particules fines et au pollen.   Quel est le dernier terrain d’innovation d’Aldes?   Nous venons de mettre au point Walter : le premier objet connecté qui mesure et pilote la qualité de l'air intérieur. Il est doté de quatre capteurs, chacun dédié à un polluant spécifique présents dans l'air intérieur : capteur de dioxyde de carbone (CO2), capteur de composés organiques volatils (COV), capteur H2O évaluant l'hygrométrie du logement et un capteur PM 2.5 dédié aux particules fines en suspension. Il indique un indice global de la qualité de l'air intérieur développé par Aldes en fonction des seuils des polluants fixés par l'OMS et l'Union Européenne. Le niveau de satisfaction de Walter représenté par ses expressions, dépend de cet indice : plus la qualité de l'air est bonne, plus il sourit ! Il informe également sur le niveau de la qualité d’air extérieur grâce à un algorithme unique qui indique, en temps réel et à la rue près, les mesures de dioxyde de carbone, de dioxyde d'azote, d'ozone, de particules fines et de dioxyde de soufre. Par ailleurs, il communique sur la température de la pièce dans laquelle il est installé.