Afin d’accélérer le développement du gaz vert, GRDF et WWF France ont annoncé ce lundi 17 septembre un partenariat d’un an, renouvelable pour une durée de trois ans.

Principal gestionnaire de réseau de distribution de gaz naturel en France, GRDF s’est engagé ce lundi pour un partenariat d’un an, renouvelable pour une durée de trois ans, aux côtés de la première organisation indépendante de protection de l’environnement dans le monde, la WWF France. L’objectif : définir ensemble les conditions d’un développement durable du gaz renouvelable en France, afin que cette solution puisse se déployer de manière optimale et contribuer à la transition énergétique.   Le partenariat portera sur les différentes étapes de la chaîne de valeur du biométhane, de sa production à sa consommation ainsi que sur les nouvelles solutions de financement pour ce gaz renouvelable. Par ailleurs, il convoite de rallier un ensemble d’acteurs aussi large que possible afin de créer une adhésion environnementale et sociétale. Plus localement, il s’attachera à favoriser le développement du gaz renouvelable dans les stratégies énergétiques territoriales afin de contribuer à l’ancrage de l’économie circulaire au cœur des territoires et à l’élaboration de campagnes de communication incluant le déploiement de nouveaux outils numériques pour valoriser le biométhane auprès des citoyens.   Le gaz vert c’est bien, sobre en engrais c’est mieux   Pour définir les conditions d’un développement durable du gaz renouvelable, les deux alliés analyseront ensemble les problématiques liées à la concurrence d’usages des ressources mobilisables, notamment agricoles et forestières, les impacts sur les écosystèmes et la biodiversité ainsi que les changements d’affectation des sols. En premier lieu, le partenariat visera à promouvoir le développement de pratiques agricoles susceptibles de fournir les matières premières organiques nécessaires à la méthanisation tout en s’intégrant dans un modèle d’agro-écologie sobre en engrais, en produits phytosanitaires et soucieux des sols. Il visera également à définir les conditions de bonne intégration des projets dans les territoires ainsi qu’à minimiser les impacts sur l’environnement et les écosystèmes.   Enfin ce partenariat visera à faire émerger de nouvelles solutions de financement pour les projets de méthanisation.