Implantée sur le campus de polytechnique, la start-up Accenta a mis au point une solution intelligente de stockage de chaleur intersaisonnier. Après avoir déposé deux brevets technologiques, levé 1 million d’euros et remporté le concours d’innovation du Programme d’Investissements d’Avenir de l’Ademe, la jeune pousse plonge dans le grand bain et lance la commercialisation de sa solution développée en partenariat avec les équipes de recherche du Centre Efficacité énergétique des Systèmes (CES) de Mines ParisTech (Armines) et du Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM).

Accenta a dévoilé, mercredi 12 septembre, son « système de chaufferie et climatisation bas carbone intelligent », capable de stocker la chaleur l’été pour la restituer l’hiver. «Le stockage de la chaleur décarbonée s’impose aujourd'hui comme un levier majeur de la transition énergétique et environnementale, car il apporte une réponse opérationnelle et économiquement performante à l’intermittence des énergies renouvelables et de récupération », explique Pierre Trémolières, Président directeur général d’Accenta. « Notre chaufferie et climatisation bas carbone intelligente, est un bel exemple du potentiel des applications de l’intelligence artificielle, capable de transformer des technologies existantes peu optimisées en services énergétiques hyper-performants ».   Lauréate du concours d’innovation du Programme d’Investissements d’Avenir piloté par l’Ademe, cette technologie qui consiste à greffer une solution intelligente de stockage intersaisonnier doit permettre, d’après ses concepteurs, de réduire de 50% la consommation énergétique des équipements thermiques du bâtiment.   Stockage intersaisonnier   Forte du rachat de la technologie de contrôleur développé par Waterkotte et après avoir placé Jean-Marc Percebois - figure emblématique de la géothermie - au poste de directeur de projets, la start-up compte bien réveiller la géothermie en France. Concrètement, en plein été, lorsque les climatiseurs tournent à plein régime, Accenta récupère la chaleur fatale dégagée par les équipements de production de froid, habituellement perdue, et l’injecte dans un champ de sondes géothermiques verticales implantées à une centaine de mètres sous terre. On parle dans le jargon des initiés de BTES (Borehole Thermal Energy Storage).  Il en est de même pour les productions d’énergies renouvelables, et en particulier celles des panneaux photovoltaïques au meilleur de leur rendement, dont l’énergie excédentaire (fréquente en été) est récupérée pour être stockée sous forme de chaleur afin d’être réutilisée en hiver. Ainsi, au moment où le bâtiment aura besoin d’être chauffé, la chaleur sera alors soutirée du sol pour être distribuée au bâtiment, limitant ainsi considérablement le fonctionnement des équipements de production de chaleur.   Greffe de connexions neurologiques aux équipements de génie climatique    Si la technique n’est pas nouvelle, Accenta compte bien la démocratiser en la rendant moins bête. C’est un programme d’intelligence artificielle, Accenta.ai, qui pilote en temps réel le système énergétique. Il établit un plan de production et de stockage annuel qui s’adapte au quotidien en fonction des besoins du bâtiment à court terme. Sa force réside dans sa capacité à anticiper au plus près les besoins thermiques du bâtiment. En effet le système repose sur du « machine learning », apprentissage en continu grâce à l’enregistrement et l’analyse des performances réelles de la vie du bâtiment, de ses usagers et de son environnement (conditions de stockage, météo, utilisation du bâtiment selon les cycles de la journée et des saisons, tarifs et carbonation du réseau électrique…).   Premiers déploiements dans les bâtiments industriels et le tertiaire    Cette solution s’adapte à des bâtiments avec de grandes superficies, en construction comme en rénovation : entrepôts, bâtiments industriels, bureaux, centres commerciaux, écoquartier, résidentiel collectif ou encore des  bâtiments d’enseignement… Elle est actuellement en cours de déploiement dans des projets immobiliers et industriels en partenariat avec des acteurs des services énergétiques et des bureaux d’études.