Les principales orientations du projet de loi de Finances, dévoilées lundi 24 septembre par Bercy, font apparaître « un recentrage » sévère des crédits d’impôts pour la transition écologique.

Souhaitant souligner le volontarisme du gouvernement en faveur de la transition écologique, Bercy annonce que le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) sera prorogé d'un an avant d’être converti en prime pour les ménages modestes, tandis que le dispositif du prêt à taux zéro pour financer des travaux de performance énergétique (éco-PTZ) sera lui prorogé de trois ans jusqu’en 2021, sous une forme simplifiée et renforcée.   Néanmoins les lignes des tableaux fournis par le ministère de l’Economie et des Finances laissent entrevoir une zone de turbulences pour les acteurs de la construction, qui naviguent à vue.  Au suivant ! Bercy prévoit en effet que le montant total des CITE dont bénéficieront les ménages français en 2019 soit réduit de 0,8 milliard par rapport à 2018. Ce recentrage rend inimaginable le retour de la chaudière fioul, espérée par certains en contrepartie du report de la transformation du CITE en prime. La question semble plutôt de savoir quel sera le prochain équipement à sortir… "Le ministre de la Transition énergétique et solidaire, François de Rugy, a toutefois ouvert une fenêtre de négociation sur l’avenir du CITE. La FFB compte bien se saisir de cette opportunité pour parvenir à un dispositif plus équilibré et plus pertinent", juge le président de la FFB Jacques Chanut.