Les politiques publiques appellent industriels et installateurs à s’unir avec l’ensemble de la profession pour accompagner les particuliers dans le financement de leurs travaux de rénovation énergétique.

L’association Energies et Avenir, regroupant les professionnels du chauffage durable, organisait mardi 20 novembre un débat sur les moyens mis à disposition pour atteindre les objectifs de rénovation énergétique. Le gouvernement s’est fixé 500 000 rénovations annuelles sur le quinquennat, avec une enveloppe globale de 14 milliards d’euros. Pour Anne-Lise Deloron, directrice adjointe du Plan Bâtiment Durable, programme rattaché aux ministères de la Transition Ecologique et de la Cohésion des Territoires, le premier frein pour les particuliers n’est pas la question du financement mais plutôt l’approche méthodologique. Avis partagé par Pierre-Louis François, président du groupe Atlantic, qui a plaidé pour des dispositifs d'aide simples et pérennes, arguant un temps de diffusion long au sein de la filière. « On gagnerait en lisibilité si on gagnait en stabilité » d’après l’industriel.Mieux accompagner les particuliersPour preuve, selon une étude OpinionWay-Teksial publiée le 6 novembre, 8 Français sur 10 sont incapables de citer une aide financière contribuant à mener des travaux de rénovation énergétique. C’est pour répondre à ce manque d’information, et pour atteindre les objectifs de rénovation énergétique, qu’Anne-Lise Deloron a appelé à une alliance solidaire entre industriels, installateurs et autres professionnels du secteur. Appel qui n’a pas totalement été entendu par Pierre-Louis François. Il craint des approches trop divergeantes des différentes parties. Le président d'Atlantic a insisté sur le besoin de pérennité des aides, et de leur fonctionnement. Autre sujet évoqué pendant le débat, la rénovation qui n'est pas réalisée, et son impact direct sur la santé des gens. D'après Anne-Lise Deloron, pour 1 euro investi dans l'efficacité énergétique du logement, ce sont 42 centimes économisés à la Sécurité sociale. Un argument supplémentaire en faveur de la rénovation énergétique.