Génie Climatique Magazine a parlé stratégie et R32 avec Christian Balmain, le nouveau directeur Business Europe chez Gree Products.

Dernier arrivé sur le sol français, le chinois Gree Products, leader mondial de la climatisation, mise sur Christian Balmain, ancien de Clim+, Sanyo et Haier pour séduire le marché français. Rencontre avec le nouveau directeur Business Europe.Comment Gree compte se faire une place en France où les Japonais règnent en maître de la climatisation ?Notre premier objectif est d’asseoir la marque. Nous n’avons pas la prétention de venir bousculer les Japonais. On va laisser Daikin, Mitsubishi Electric,Toshiba et Panasonic se disputer les quatre premières places. En revanche, nous souhaitons clairement rivaliser avec les Coréens Samsung et LG.Avec quelle stratégie ?L’idée est de s’implanter localement grâce à des distributeurs régionaux. Nous venons d’ailleurs de signer un partenariat avec le réseau Socoda, qui compte près de 200 adhérents indépendants. Plus tard, on s’intéressera aux grands comptes. Nous avançons pas à pas, même avec un chiffre d’affaires mondial de 20 milliards d’euros !Sur quel terrain comptez-vous vous démarquer ?Sur 20 millions de ventes, on constate seulement 0,3 % de retour en SAV. C’est une réelle force. Notre catalogue bénéficie également de prix raisonnables, c’est un argument qui nous démarque de nos concurrents. Notre autre atout se situe dans la technologie employée. Toutes nos gammes sont au R32, or c’est le fluide sur lequel il faut miser, moins cher et moins polluant que le R410A. De plus, nous n'allons pas nous limiter à la PAC air/air, nous sortirons cette année des PAC air/eau au R32 pour le résidentiel.Qu’est-ce qui fait de vous l’homme de la situation chez Gree ?J’ai toujours travaillé dans la clim, de l’entreprise familiale grenobloise où j’étais du côté des installateurs, jusqu’à la création de Clim +, en passant par Ciat, Sanyo et Haier, et je ne compte pas m’arrêter ! J’ai beau avoir 59 ans, dans ma tête, j’en ai toujours 35. D'autant plus que j’ai la chance inouïe de participer au développement d’une marque mondiale en France.Quels sont les prochains objectifs ?Se faire connaître du grand public et des installateurs français, évidemment ! En 2020, quand nous aurons gagné en notoriété, nous installerons le siège de Gree France, ainsi que la logistique à Lyon. On devrait également ouvrir un showroom technique, à l’image de ceux que Gree a installé en Chine.On fait souvent l’amalgame entre Gree et Eurofred. Qu’en est-il réellement ?Le seul lien qu’il existe entre les deux entités est Marta Santacana, actionnaire majoritaire de Gree Products France et Présidente d’Eurofred. Mais nous sommes complètement indépendants ! Nous leur payons même différents services, comme APS, leur système de SAV, et la logistique.