Le fondateur du bureau d'études TecSol veut rénover l'édifice avec un toit solaire comme témoignage de notre époque.

Et si l'incendie dévastateur de Notre-Dame de Paris était l'occasion de laisser une nouvelle empreinte, aussi significative que la charpente en bois de la flèche qui pointait fièrement dans le ciel parisien ? C'est en tout cas l'idée qu'a émis André Joffre, fondateur du bureau d'études TecSol dans un édito sur son blog. L'ingénieur y voit l'opportunité de raconter un nouveau chapitre de l'Histoire de France à travers une rénovation de la cathédrale en adéquation avec les préoccupations climatiques actuelles.André Joffre propose de substituer le toit de plomb par un toit solaire, rappelant le plan "Place au soleil" annoncé par le gouvernement l'année dernière dont l'objectif est de soutenir l'installation de tuiles photovoltaïques au sein du patrimoine architectural français.  "Notre-Dame est déjà le centre de Paris et de la France, son parvis accueillant le kilomètre « zéro » de nos routes. Désormais, elle pourrait être le kilowatt 0 du réseau d’énergies renouvelables national".André Joffre évoque aussi l'idée de faire coïncider solaire et solidaire, imaginant que les tuiles solaires de Notre-Dame couvrent en électricité verte les besoins énergétiques de l'Hôtel-Dieu, hôpital parisien voisin de la cathédrale, et plusieurs logements modestes. Reste à voir si les gargouilles de Notre-Dame sont prêtes à cohabiter avec du PV.

NULL