La Commission européenne a introduit la récupération de chaleur des eaux usées dans sa refonte de la directive sur la promotion de l'utilisation de l'énergie produite à partir de sources renouvelables (RED II), comme étant une "énergie ambiante".

La récupération de chaleur des eaux usées est désormais reconnue par l'Europe comme une énergie renouvelable. Dans sa réécriture de la directive sur les énergies renouvelables (RED II) datant de décembre 2018, la Commission Européenne considère la chaleur fatale des eaux grises, au même titre que l'énergie solaire et éolienne, comme étant source d'énergie renouvelable.Dans la directive 2018/2001, article 2, paragraphe 2, est considérée "énergie ambiante, l'énergie thermique naturellement présente et l'énergie accumulée dans un environnement fermé, qui peut être emmagasinée dans l'air ambiant, hors air extrait, dans les eaux de surface ou dans les eaux usées."Pour l'association européenne Waste Water Heat Recovery, composée de fabricants et distributeurs de cette solution, cette reconnaissance pourra avoir des conséquences importantes sur les politiques d'efficacité énergétique et les codes du bâtiment de chaque pays membre de l'UE.En 2019, 25 entreprises au total ont conçu des dispositifs de récupération de chaleur des eaux usées pour le résidentiel, soit une augmentation de 50% par rapport à 2016.  

NULL