Génie Climatique Magazine a pris un café à Frankfurt avec Peter Verkempynck, vice-président de LG Europe. Bagarre avec les leaders de la PAC, opération séduction de la nouvelle génération de chauffagistes… il nous a dévoilé les ambitions du géant coréen en France.

Côté PAC air/air, avez-vous opéré la bascule du R410A vers le R32 ?Plus de 2/3 des unités vendues en France en 2019 sont au R32. La F-Gaz fait grimper le prix des équipements au R410A et nous souhaitons définitivement l’exclure d’ici la fin de l’année.Votre attention est-elle toujours centrée sur le marché de la climatisation ?Le marché de la PAC air/air est une partie avec plus de 30 joueurs autour de la table. Avec des acteurs chinois capables de produire en millions, il n’y a pas beaucoup à gagner. Nous misons aujourd’hui sur le marché de la PAC air/eau qui est un marché nettement plus qualitatif, promis à une gigantesque croissance car elle s’annonce comme le successeur de la chaudière.   Que pesez-vous aujourd’hui sur le marché du chauffage ?Nous sommes encore petits mais notre croissance est exponentielle. A l’échelle de l’Europe, nous avons installé 3 000 PAC air/eau en 2017, 6000 en 2018 et en 2019 nous devrions continuer de doubler nos ventes. Et la France sera le marché numéro 1.Quelle est votre stratégie pour vous faire connaître ?Notre activité commerciale sur le marché du chauffage en France n’a réellement commencé qu’il y a 6 mois. Tout démarre seulement pour nous et nous devons faire savoir au monde du chauffage que nous ne sommes pas qu’un acteur de la clim et du VRF. Nous sommes jeunes sur ce marché et notre cible sera donc naturellement la nouvelle génération qui reprend aujourd’hui les affaires familiales. Si le père était habitué à Daikin ou Atlantic, les deux marques qui trustent le marché français, le fils devrait être amené à se questionner. Cette génération ne se satisfera pas de la mainmise de 2-3 acteurs sur un marché et cherchera inévitablement des alternatives.   Concrètement, que va-t-il se passer sur le terrain ?Il n’y a pas de croissance possible sans un solide réseau. Nous avons désormais une équipe dédiée à la pompe à chaleur qui va accroitre notre réseau de points SAV et former, sensibiliser les 80 stations techniques LG.Avec quel fluide comptez-vous avancer ?Nous avançons avec une gamme au R32 qui monte jusque 14kW. Selon nous, le CO2, efficace avec un delta T important, ne fonctionne pas bien pour le chauffage. Par ailleurs, LG disposant d’un savoir –faire avec le propane qu’il utilise pour ses réfrigérateurs et sèche-linge avec des puissance de 1 à 2kW, la R&D se penche naturellement sur des compresseurs un peu plus gros de manière à être à même de proposer des PAC air/eau de petite puissance avec ce fluide.Monobloc ou bi-bloc ?Nous faisons le pari de la monobloc en France. Les installateurs habitués aux fluides vont déjà dans les prochaines années être occupés à implanter des PAC air/air. Il faut donc développer la PAC air/eau chez les chauffagistes qui vont devoir s’adapter à l’inexorable recul de la chaudière.  Or la monobloc permet de réaliser une installation sans disposer d’attestation d’aptitude de manipulation et nécessite uniquement de travailler sur des réseaux hydrauliques similaires à ceux d’une chaudière.Avez-vous également d’autres arguments pour vous démarquer des autres acteurs qui comptent bien également rafler la mise sur le marché de la PAC air/eau ?LG fabriquant également des panneaux photovoltaïques et des batteries de stockage, nous devrions être les seuls à même de proposer un package complet autoconsommation, avec PAC air/eau.

NULL