Vincent Legrand, directeur général de Dorémi Rénovation, regrette que la rénovation énergétique performante des logements soit freinée par un besoin de pérenniser les consommations électriques en France.

" Sans rénovation performante, la PAC air / eau n'est pas une solution pérenne "

Depuis la guerre en Ukraine, avez-vous remarqué une évolution des particuliers quant à l'intérêt de réaliser des travaux de rénovation performante de leur logement ?

Depuis 2017, nous interrogeons les personnes qui se tournent vers nous pour savoir ce qui les poussent ou non à faire ces travaux. Ces dernières semaines, nous avons donc glissé une question liée au contexte actuel et nous avons effectivement remarqué une prise de conscience de la part des Français. Pour la plupart des personnes interrogées, elles comprennent que remplacer uniquement leur chaudière ne suffira pas à changer drastiquement leur facture de chauffage. Pour preuve, avec la hausse du prix des énergies, aujourd'hui si vous changez du gaz vers l'électricité, vous n'êtes pas gagnant. Et seule une pompe à chaleur air / eau ne fera pas des miracles.

Pourquoi ?

Dans une maison non rénovée, non isolée, la PAC vous permet d'obtenir au mieux 2 kWh pour 1 kWh utilisé, alors que si l'enveloppe a été isolée, si d'autres travaux de rénovation ont été réalisés, là vous atteignez le rapport 1 kWh utilisé pour 4 kWh rendus, voire même parfois 5 ou 6. C'est une bonne chose de se rendre compte que le gaz russe est utilisé aujourd'hui pour chauffer nos bâtiments qui fuient, pour chauffer les petits oiseaux même ! Le problème, c'est qu'en réfléchissant uniquement par lot, vous continuerez à gaspiller l'énergie et à alourdir les factures de chauffage.

Que pensez-vous du coup de pouce CEE pour la rénovation performante ?

Il a été largement revu à la baisse. Nous avions suggéré un objectif de consommation de  50 kWh / m² / an en chauffage, et 80 kWh / m² / an en comptant chauffage, ECS et électricité, soit des niveaux BBC. L'administration a finalement décidé d'autoriser de délivrer cette aide si la consommation ne dépassait pas les 300 kWh. Ce n'est clairement pas assez ambitieux et cela permet surtout de garder une consommation électrique suffisamment rentable pour les autorités concernées.

C'est comme en mars dernier quand Barbara Pompili faisait l'apologie de la PAC air / eau. Cela peut être une technologie intéressante dans le cadre d’une rénovation performante, ce qui est aussi aussi le cas du chauffage au bois, dans un pays qui dispose de la plus grande forêt européenne. Mais sans rénovation performante, qui permet d’effondrer le besoin de chauffage, ces technologies ne sont pas des solutions pérennes.

Qu'attendez-vous du nouveau quinquennat d'Emmanuel Macron ?

Je préfère attendre quelques mois, que les élections législatives passent et que le nouveau gouvernement soit annoncé. Pour l'instant, je reste méfiant. Lors de ses dernières prises de parole sur le sujet, Emmanuel Macron ne faisait allusion qu'à MaPrimeRénov' et aux travaux par geste, alors qu'un rapport de l'Ademe a bien prouvé que la meilleure manière de ne pas atteindre une rénovation performante était justement de ne réaliser que deux ou trois changements chez soi, et notamment la chaudière et les fenêtres.

Ce qui peut m'inquiéter le plus, c'est que même si les noms des ministres changent, derrière, dans les bureaux, les responsables de l'administration, eux restent, et avec le même objectif, sauver le soldat EDF. Cela risque de ne pas faciliter l'émergence de la rénovation performante. Nous proposerons tout de même de la lecture pour cet été aux pouvoirs publics avec la sortie d'une étude réalisée avec l'Ademe sur le mécanisme financier et l'accompagnement d'une rénovation énergétique performante de passoires thermiques. 100 à 150 000 se retrouvent avec un changement de propriétaire par an. C'est le créneau idéal pour réaliser ces travaux. Ensuite, le modèle ne sera plus qu'à retranscrire pour les logements classés E et D pour atteindre les objectifs 2050 d'un parc bâti résidentiel BBC.

">