Thomas Perrissin, vice-président du syndicat français des chaudiéristes biomasse et co-directeur d'ÖkoFen France, regrette que les fiches CEE dans le collectif et le tertiaire pour le bois soient basées sur la référence Ecodesign.

Quelle a été votre réaction à la publication des deux fiches standardisées pour les chaudières biomasse dans le collectif et le tertiaire ?

J'aurais aimé être enthousiaste, mais en réalité, j'ai le sentiment que ces fiches ont été sorties à la va-vite, publiée au Journal officiel le même jour que le coup de pouce chauffage dans le tertiaire, pour justifier que le bois a lui aussi ses fiches standardisées. Cependant, ces fiches ne sont pas cohérentes avec le marché de la biomasse, car elles sont basées sur la référence Ecodesign. On demande donc de remplacer un produit récent par un autre, l'économie est très faible.

Qu'auriez-vous souhaité pour ces fiches standardisées ?

Ces fiches ne mettent pas en avant l'intérêt carbone, alors que c'est bien l'atout de la biomasse ! Il aurait fallu remettre en cause ce dogme qu'est l'Ecodesign. Pour bénéficier des CEE bois collectif et tertiaire, il faut également réaliser une étude démontrant l'économie d'énergie, étude qui revient quasiment au montant des CEE, et surtout étude qui n'est pas réclamée pour les autres technologies ! C'est un réel frein de devoir engager des dépenses pour toucher ces CEE. On a presque l'impression que ces fiches pour le bois dans le collectif sont un faire-valoir pour les autres technologies.

Pensez-vous que ces fiches peuvent relancer les projets dans le collectif pour la biomasse ?

Je crains que non. Les projets dans le collectif sont à l'arrêt, à cause de la crise sanitaire que nous traversons et du prix très bas des énergies polluantes. L’objectif  de la PPE est de doubler la consommation de bois dans le collectif est le tertiaire, mais malheureusement, ces fiches ne vont pas nous permettre d'y parvenir. Le pire serait une révision de la fiche standardisée pour la chaudière biomasse individuelle avec la référence Ecodesign. Si cela se produisait, le marché du résidentiel individuel, qui peine à retrouver son rythme d'avant le confinement, pourrait dégrindoler.

">