L'UMGCCP-FFB a décidé d'accompagner les installateurs " fioulistes " dans l'Afterfioul. Génie Climatique Magazine s'est entretenu avec Pascal Housset, vice-président de l'union.

Comment avez-vous vécu les dernières annonces du gouvernement concernant le fioul ?

Nous avons été très réactifs quand la ministre de la Transition écologique a d'abord évoqué en juillet l'interdiction de réparer les systèmes au fioul dès 2022. La décision était bien trop radicale ! Certains de nos clients particuliers ont investi il y a moins de dix ans dans une chaudière fioul, et ont encore crédit en cours. On ne pouvait pas leur dire qu'ils ne pourraient plus ni réparer ni entretenir leur équipement ! Heureusement, après des discussions entre la DGEC, Uniclima, la Fnas et l'UMGCCP, le gouvernement est revenu en 24 h sur son annonce.

Le fioul semble avoir gagné un sursis, avec les dernières annonces d'Emmanuelle Wargon. Est-ce rassurant pour les installateurs ?

En juillet, nous avions effectivement fait des propositions techniques au gouvernement, en présentant notamment les intérêts des PAC hybrides fioul quand le réseau électrique n'est pas fiable et qu'aucun raccordement au gaz n'est possible. Nous avons aussi évoqué le biocarburant liquide, deux solutions qui ont été entendues par la ministre du Logement, et c'est tant mieux ! Nous ne voulions pas mettre en péril la filière.

Combien d'installateurs " fioulistes " sont concernés ?

Suite à un sondage que nous avons réalisé auprès de nos adhérents, nous avons identifié plus de 3 000 installateurs qui travaillent encore très majoritairement avec du fioul, pour la plupart parce qu'ils sont dans des zones très rurales. Nous voulons les accompagner dans cet " Afterfioul " que vous connaissez bien chez Génie Climatique Magazine, c'est pourquoi nous allons massifier et rendre très accessibles nos formations dans les prochaines semaines pour aider les installateurs, que ce soit dans la démarche commerciale ou l'approche plus technique sur les PAC hybrides, gaz et fioul, et sur le biocarburant.

Pensez-vous que la sortie du fioul soit possible ?

On estime à 3 millions le nombre de chaudières fioul encore en fonctionnement. Un million peuvent être remplacées par du gaz et du bois, un autre million par des PAC à 100 %. Il reste donc un million à  se partager, entre les PAC hybrides et le biocarburant. C'est tout un travail de filière, et la transition continue.

">