La FF3C a annoncé avoir accéléré son projet de développement pour respecter le calendrier imposé par le gouvernement.

Les chaudières fioul pourront dès janvier 2022 fonctionner au F30, un biofioul composé à 30 % d'EMAG de colza. Eric Layly, président de la FF3C, l'a confirmé ce mardi matin en conférence de presse. " Nous y travaillons depuis deux ans. Des essais sont en cours, notamment dans trois lycées et un centre sportif en Corrèze, intégralement chauffés grâce au F30. Nous avions prévu de commercialiser ce biofioul dès 2024, mais nous avons dû revoir notre planning suite aux annonces gouvernementales. "

Cette accélération est en effet dûe aux mesures dévoilées par la ministre du Logement Emmanuelle Wargon début septembre, à savoir seules les chaudières fioul dont les émissions de CO2 ne dépassent pas le seuil de 250g/kWh pourront être installées au 1er janvier 2022. Bonne nouvelle, le F30 permet des émissions autour de 220gCO2/kWh. Autre bonne nouvelle, si le biofioul sera disponible, les équipements pour les accueillir le sont déjà depuis un moment.

" Aujourd'hui, il y a plus de cinquante références compatibles au biofioul, explique Eric Layly. Ces chaudières sont déjà commercialisées dans plusieurs pays européens, comme en Allemagne et en Suisse. Les industriels sont donc prêts, et même impatients ! "

Si l'option de remplacer sa vieille chaudière fioul par une nouvelle, biocompatible, qu'en est-il des équipements installés il y a une dizaine d'années ? " Il suffit de remplacer le brûleur, pour 1 000 à 2 000 €, détaille le président de la FF3C. Nous espérons maintenant que le gouvernement proposera un coup de pouce incitant ce changement dans la prochaine loi de finances. C'est notre prochain enjeu."