Selon une étude Harris Interactive, seulement un Français sur quatre identifie précisément les dispositifs d'aides existants à la rénovation énergétique.

Les meilleurs ambassadeurs de la rénovation énergétique restent les professionnels. Une étude Harris Interactive à l'initiative d'Hellio montre qu'ils sont majoritairement sollicités par leurs clients pour constituer les dossiers de demandes d'aides. Sur les 5 008 répondants au sondage réalisé du 22 octobre au 2 novembre, seulement 1 sur 4 déclarait identifier précisément les dispositifs d'aides existants.

Ils sont d'ailleurs 39 % à déclarer vouloir réaliser au moins un type de travaux de rénovation énergétique. Parmi eux, la moitié souhaite faire ces travaux pour faire réduire la facture de consommation énergétique, première raison évoquée devant l'amélioration du confort dans son logement, la protection de l'environnement et l'envie de profiter des aides publiques.

Et quant à ceux qui avaient franchi le pas des travaux de rénovation énergétique, bénéficiant de MaPrimeRénov, seulement 1 sur 3 n'avait pas fait appel à un intermédiaire pour gérer sa demande de subvention, prouvant l'intérêt et le positionnement que doivent avoir les artisans et professionnels de l'efficacité énergétique dans cette démarche de rénovation énergétique du parc français.

Pour Marina Offel, responsable des affaires publiques et juridiques chez Hellio, " cette étude est la démonstration que la transition énergétique doit, plus que jamais, être impulsée par les pouvoirs publics, avec le soutien opérationnel des professionnels du secteur ».

">