C'est donc le projet mené par Bouygues Bâtiment Île-de-France vient qui a remporté les suffrages auprès de la Métropole du Grand Paris pour construire le futur centre aquatique olympique pour les JO de Paris 2024.

Au niveau énergétique, le projet repose sur des énergies renouvelables et de récupération pour chauffer les bassins. Le centre sera alimenté par un réseau de chaleur essentiellement renouvelable, alimenté notamment par la récupération de chaleur fatale de la déshumidification et des eaux grises, ainsi par des chaudières numériques, autrement dit des datacenters délocalisés.

Le projet prévoit égaement une importante production photovoltaïque, et sera soumis à un double engagement de consommations, à la fois en énergie (moins de 5 000 kWhEP/m²) et en eau (moins de 85 L/baigneur).

<span>Pour connaître tous les secrets de fabrication de ce futur centre aquatique olympique, rendez-vous dans les pages du prochain numéro de Génie Climatique Magazine, à paraître cet été.</span>