Arnaud Meyer, responsable ventilation et traitement d'air des bâtiments au sein d'Uniclima, espère que la crise sanitaire liée au Covid-19 fera évoluer les mentalités, et la réglementation autour de la ventilation.

Quel impact aura, ou a déjà, le Covid-19 sur le marché de la ventilation et de la climatisation ?

J'avais peur que les systèmes soient décriés, étant donné les informations plus ou moins vraies qui ont circulé sur la transmission du virus. Finalement, les industriels adhérents d'Uniclima nous ont indiqué que la reprise était bien présente, même si le dynamisme d'avant le confinement n'est pas encore atteint. Nous remarquons surtout qu'il y a une vraie prise de conscience de la part du grand public, et de l'administration, quant à l'importance des aspects sanitaires dans le bâtiment. La pandémie et le confinement ont permis de rappeler à quel point il était nécessaire de renouveler l'air à l'intérieur des habitations et des bureaux.

Est-ce, selon vous, le bon moment pour faire évoluer la réglementation de la ventilation dans les bâtiments ?

Il faudrait déjà que l'actuelle réglementation soit appliquée ! Bien sûr, une révision ne sera pas de trop, le texte date quand même de 1982 ! Cependant, en regardant les réglementations d'autres pays européens, nous n'avons pas à rougir. Si la théorie était mise en pratique, nous éviterions ces dysfonctionnements quasi systématiques au sein des bâtiments.Je pense que la priorité est de mettre en place un dispositif de vérification du bon fonctionnement des installations de ventilation à la réception. La période est d'ailleurs assez propice, le gouvernement et les Français ont cette sensibilité post Covid-19.

Que dire aux entreprises ou restaurants qui préfèrent arrêter leur système de climatisation de peur de contamination des lieux ?

Le réflexe de tout arrêter est un peu naturel, surtout après l'affaire du restaurant chinois, mais cela peut s’avérer contre-productif. Au contraire, il faut maximiser l'apport d'air neuf, c'est le principe de dilution. Certaines installations de ventilation permettent un fonctionnement " tout air neuf ", c'est ce qu'il faut préconiser. Quant aux climatisations, il faut veiller à diminuer les débits, qui sont plus importants, mais ne pas systématiquement arrêter l'installation. . Le nettoyage des filtres et des unités intérieures de climatisation doit également être réalisé ( voir les recommandations d'Uniclma). Je crois qu'il faut surtout laisser la liberté aux installateurs et mainteneurs qui connaissent les spécificités des systèmes dont ils ont la charge afin qu'ils garantissent un fonctionnement avec le plus d'air neuf possible. La crainte du grand public peut s'entendre.J’espère que la crise que nous venons de vivre fera bouger les lignes et que les fabricants poursuivront leurs efforts pour apporter et développer des solutions qui répondent aux enjeux sanitaires dans les bâtiments.

">