Jean-Pierre Clamadieu, président du conseil d'administration d'Engie s'inquiète des dernières orientations " anti-gaz " du gouvernement pour les constructions neuves.

Les annonces fin novembre du ministère de la Transition écologique sur la RE2020 sont loin d'avoir ravi les industriels du gaz. Nouvelle réaction en date, celle du président du conseil d'administration d'Engie, Jean-Pierre Clamadieu, qui dénonce dans un entretien au journal Le Monde la priorité donnée au chauffage électrique pour les constructions neuves.

« L’électrification est un vecteur important de la décarbonation de notre économie, mais ça ne peut pas être le seul. Le modèle du tout-électrique est voué à l’échec » souligne le patron du premier fournisseur de gaz en France. Pour rappel, les derniers arbitrages, soumis encore à concertation, prévoient la fin du chauffage exclusif au gaz dans les maisons individuelles dès juillet 2021, afin de respecter 4 kg CO2/m²/an d'émission, et dès 2024 pour les logements collectifs.

« Ces annonces ont provoqué beaucoup d’inquiétudes, confie Jean-Pierre Clamadieu au quotidien. Des clients ont appelé pour demander s’ils auront encore du gaz demain, les salariés sont très inquiets. » Sur son compte Twitter, le président du conseil d'administration d'Engie rappelle que d'autres solutions que le tout-électrique existent. " Parmi les technologies à ne pas oublier, il y a les réseaux de chaleur, alimentés à plus de 50 % d'EnR mais aussi le biogaz, soutenu par les agriculteurs français. " La réaction du boss d'Engie trouvera-t-elle écho auprès du gouvernement ? On murmure que les projets de seuils énergie et carbone sont actuellement en concertation auprès des acteurs du Bâtiment siégeant au CSCEE avant une séance plénière ce mois-ci. Il semblerait donx que les jeux soient faits...

">