Emmanuelle Brière, responsable froid, conditionnement d’air et pompes à chaleur air / air au sein d'Uniclima, regrette le nouveau principe d'inconfort d'été tolérable, faisant l'hypothèse de l'installation de climatisations à terme.

Que pensez-vous du principe de confort d'été dans la RE2020 ?

Nous avions placé pas mal d'espoir dans cette prise en compte du confort d'été dans la RE2020. C'est une bonne chose de voir apparaître les notions de degré.heure d’inconfort d’été et de BBio froid. En revanche, chez Uniclima, nous restons déçus de voir ce nouveau principe d'inconfort d’été tolérable. Entre le seuil haut et le seuil bas exprimé en DH, on applique systématiquement une consommation de refroidissement forfaitaire parce qu'on fait l'hypothèse qu’un équipement de refroidissement sera installée après coup. De mon point de vue, cela ne résoud pas du tout le problème de confort d'été dans les logements, ça le reporte uniquement. D'autant que la consommation de refroidissement forfaitaire est très en dessous de la consommation réelle des PAC air / air réversibles, d'au moins deux à trois fois inférieure. Clairement, ça n'incite pas à poser une pompe à chaleur air / air réversible et à assumer l’intégration des besoins et de la consommation de refroidissement dès le départ. La RE2020 va reconduire ce défaut de la RT2012, à savoir faire passer les PAC air / air en mode chauffage seul et après coup faire du refroidissement avec ou des équipements de refroidissement moins performants (climatiseur mobile…).

Qu'auriez-vous préféré ?

Au lieu d’avoir cette incertitude lié au principe d’inconfort tolérable, nous aurions préféré qu'en zones chaudes, à savoir les zones H2d et H3, il soit accepté d'avoir un refroidissement " classique " qui permette tout simplement l'installation de systèmes réversibles en réajustant les seuils. Avec la mouture actuelle de la RE2020, si vous voulez installer une PAC air / air réversible en zone H2d ou H3, il faut une enveloppe avec Bbio excellent cad – 60% par rapport à la RT2012. C’est tellement exigeant que les PAC air / air auront du mal à passer. Aujourd'hui, seules les solutions à vecteur eau passent comme la PAC air/eau. On sait bien que ce ne sont pas les meilleures solutions pour faire du refroidissement dans les bâtiments lorsque les besoins sont significatifs. Les pouvoirs publics nous ont promis un suivi du refroidissement forfaitaire les premières années de l'application de la RE2020 avec possibilité d'ajustement du texte. J'espère qu'ils tiendront parole.

Quelles autres solutions peuvent émerger ?

La solution de base est l'ouverture des fenêtres. Cela paraît bête, mais cela abaisse significativement le nombre de DH d’inconfort d’été. Le problème, si cette solution n'est pas communiquée aux occupants, ils ressentiront toujours un inconfort quand les températures vont grimper et donc feront installer après coup un système de refroidissement. Les autres solutions passives telles que les protections solaires et les brasseurs d'air permettent aussi de modérer cet inconfort. Encore une fois, tout est question de pédagogie envers les usagers. Je crois qu'il ne faut pas se leurrer. En 2020, le marché de la PAC air / air enregistrait de plus de 800 000 unités vendues. C'est un fait. Il faut donc bien concevoir les bâtiments, autoriser dès le début la pose de système de refroidissement plutôt que de se cacher derrière une installation hypothétique qui risque d’inciter à poser des équipements non performants ou de détériorer la perméabilité à l’air du bâti avec une pose après coup d’un split.

">