La ministre du Travail Muriel Pénicaud a annoncé, lundi 5 mars, une réforme de la formation professionnelle. Une mutualisation financière au profit des TPE/PME a été annoncée. Voici les passages du discours de la ministre qu'il ne fallait pas manqué.

Les TPE et PME bénéficieront d’une solidarité financière des grandes entreprises pour faciliter l’accès de leurs salariés à la formation : - Un système de solidarité financière entre les PME et les plus grandes entreprises sera mis en place ;- Le plan de formation des TPE et PME continuera d’être pris en charge par un système de mutualisation financière ;- Le plan de formation sera financé par une contribution de l’ensemble des entreprises dédié à ce plan, mais réservé aux TPE et PME (moins de 50 salariés) Pourquoi cette solidarité entre grandes et petites entreprises ? La France se caractérise par un nombre très important de TPE-PME et un faible nombre d’ETI. Une majorité de ces TPE-PME est intégrée dans les chaînes de valeur des grandes entreprises et dont ils sont les fournisseurs. Les grandes entreprises ne peuvent se développer dans un désert. Il est de leur intérêt d’aider les TPE-PME qui sont leurs fournisseurs et distributeurs à prendre à temps le virage de la révolution technologique ?Les entreprises ne paieront plus qu’une seule cotisation, la cotisation formation professionnelle, au lieu de deux aujourd’hui (1% formation et taxe d’apprentissage). Au total, le taux de cotisation actuel ne sera pas augmenté. La cotisation formation professionnelle sera automatiquement collectée par les Urssaf, ce qui doit simplifier les démarches administratives des entreprises.Les entreprises ne seront plus sollicitées par plusieurs organismes pour s’acquitter de leur contribution formation et de leur taxe d’apprentissage. Pour les entreprises, il n’y aura plus aucune démarche administrative particulière en matière de cotisation formation, contrairement à aujourd’hui.