Rencontre avec Tom Péan, plombier chauffagiste chez les Compagnons du Devoir et médaille d'or aux finales nationales des Worldskills.

" La volonté a fait la différence "

Pourquoi avoir choisi de devenir plombier chauffagiste ?

Disons que le système scolaire et moi, on ne s'entendait pas vraiment. Quand j'étais au collège, il y a six ans, j'étais un élève tout sauf investi. Et puis, pour mon stage d'observation en troisième, j'ai eu l'opportunité d'être accueilli par un plombier qui s'est montré d'une bienveillance incroyable et qui m'a expliqué le sens de son métier, son intérêt et son rôle dans la société. Il a aussi pris le temps avec moi, ce qui pouvait parfois manquer à l'école. J'ai alors décidé de faire un CAP plomberie, puis j'ai intégré les Compagnons du Devoir un peu par hasard, et maintenant cela va faire cinq ans que j'ai entamé ma formation chez les Compagnons en alternance.

Que vous apportent les Compagnons du Devoir ?

Beaucoup de maturité, d'altruisme, d'humilité aussi et d'indépendance ! En cinq ans, j'ai pu vivre tellement d'expériences professionnelles différentes dans plein de villes, de Nantes à Nîmes en passant par Tours, Bordeaux et Dijon. En changeant d'entreprise tous les ans, je rencontre beaucoup d'artisans, avec chacun son point de vue sur le métier, ses conseils, sa personnalité aussi. J'apprécie vraiment la notion de communauté et de solidarité que l'on retrouve chez les Compagnons du Devoir. Je me souviens de mon arrivée là-bas, quand ma mère m'a déposé à la maison des Compagnons, dès que j'ai croisé l'un d'eux il est venu me serrer la main et me parler d'une simplicité et d'une fraternité chaleureuses, j'ai été touché. Le fait de savoir que je pouvais compter sur d'autres et qu'on se souciait de moi m'a rassuré.

tompeanwolrdskillslyon22.jpg
Région Bourgogne-Franche-Comté
Lors de la finale nationale des Worldskills à Lyon en janvier 2022.

Qu'est-ce que ça fait d'être champion de France des Worldskills ?

C'est un truc de fou, vraiment ! Surtout qu'il y a cinq ans, je ne savais même pas tenir un tournevis ! Les Worldskills sont un vrai accélérateur de compétences pour la vie professionnelle. J'ai dû apprendre à gérer mes émotions pour réaliser les épreuves le plus vite et le plus parfaitement possible. Beaucoup de monde vous observe pendant les épreuves, vous êtes jugé en permanence et le programme des épreuves est très soutenu. Même si en termes de métier pur, ce qui est demandé n'est pas forcément très compliqué, les Worldskills nous amènent à nous dépasser, et cette recherche est très intéressante, sur le plan professionnel comme personnel.

Quelle est votre arme secrète ?

J'ai toujours été investi, et j'ai toujours pris mon travail à cœur. La force d'esprit et la volonté font, à mon avis, la différence. Parce que je n'ai aucune facilité par rapport aux autres, si ce n'est cette envie de bien faire !

51818645002_9b021dd55d_o1.jpg
Worldskills - Laurent Bagnis
Lors de la finale nationale des Worldskills à Lyon en janvier 2022.

Et si vous aviez un chantier de rêve ?

Il faudrait de la difficulté, sinon ce n'est pas drôle ! J'aime me lancer des défis. Il faudrait aussi pouvoir prendre le temps de bien faire les choses. De plus en plus souvent, nous sommes contraints par le temps passé sur les chantiers, au détriment de la qualité de travail.

Et si vous n'aviez pas été plombier chauffagiste ?

Excusez-moi du terme, mais je serais un peu un branleur ! Je n’avais pas envie de bosser quand j'étais jeune, cette formation m'a réveillé. Et sinon, j’aurais sûrement fait des études dans la finance, mais c'est beaucoup moins chaleureux.

Vous vous voyez où dans cinq ans ?

Je veux apprendre encore pour être le plus aguerri dans mon métier et j'espère dans moins de dix ans pouvoir travailler à mon compte. Je me vois bien m'installer à Annecy ou dans les Pyrénées, je suis un amoureux des montagnes !

La bio

À tout juste 21 ans, Tom Péan impressionne par sa maturité, son aisance à l'oral et son regard juste sur le métier de plombier chauffagiste qu'il apprend depuis maintenant six ans et qu'il porte fièrement à travers la compétition Worldskills dont il est sorti médaillé d'or lors des finales nationales à Lyon en janvier. Pourtant, rien ne laissait supposer que ce jeune, peu inspiré par les études, entame une carrière d'artisan. Si tout le monde, ou presque, dans sa famille est médecin, lui s'imaginait au mieux dans la banque, au pire sur son canapé à ne rien faire. Finalement, c'est à Shanghai qu'il sera en octobre pour la compétition internationale des Worldskills.

">