L'association des professionnels de la boucle à eau chaude a présenté douze propositions pour " faire du Bâtiment un moteur de la transition énergétique " lors du prochain quinquennat.

Énergies & Avenir vote pour la rénovation énergétique

Campagne présidentielle oblige, chaque secteur propose aux prétendants au titre plusieurs axes permettant le développement de leur marché. Les défenseurs de la boucle à eau chaude viennent dans ce cadre de présenter douze mesures permettant de centrer le Bâtiment au coeur de la transition énergétique lors du prochain quinquennat. Des mesures qui permettent aussi aux adhérents de l'association Énergies & Avenir de confirmer leur place dans le chauffage du futur.

« Nous sommes convaincus que la clef de voûte des problématiques liées au bâtiment réside à court terme dans l’optimisation de l’efficacité énergétique plus que dans l’exclusion de technologies ou de sources d’énergie, déclare Philippe Méon, président de l’association. Nous avons donc établi un corpus de propositions concrètes qui visent toutes une trajectoire d’amélioration rapide de la performance énergétique des bâtiments pour des lieux de vie plus sobres, plus durables et plus sains tout en étant confortables et accessibles à tous ».

Oui à la massification de la rénovation et à l'hybridation des systèmes

L'association espère avant tout faciliter le déclenchement des travaux de rénovation énergétique, et donc leur massification. " Tout d’abord, nous souhaitons encourager les parcours de rénovation mais aussi diversifier les solutions à disposition des ménages via le renforcement du maillage des sources de chaleur renouvelable sur le territoire national et la valorisation des systèmes hybrides, détaille Philippe Méon. Nos propositions visent aussi à soutenir la filière que nous représentons en répondant aux besoins de main d’oeuvre et en garantissant la stabilité et la simplicité des dispositifs d’aide à la rénovation énergétique, sujets à de trop nombreux revirements ces dernières années. »

Non à la prolifération de l'effet Joule

Énergies & Avenir appelle également à flécher les aides à la rénovation énergétique vers les équipements les plus efficients en fixant des critères appropriés pour garantir l’efficacité des travaux " comme ne pas avoir recours à l’effet Joule, mettre en place un indicateur de suivi des coûts des mesures d’efficacité énergétique en € / gCO2 évité " explique-t-on au sein de l'association. Énergies & Avenir milite aussi pour que les filières chauffage atteignent l’exemplarité en matière d’économie circulaire, tant sur les équipements (maintenance, recyclage) que pour les sources d’énergie.

L'association attend aussi du prochain locataire de l'Élysée qu'il redonne aux parlementaires le pouvoir sur la politique énergétique du Bâtiment " pour plus de transparence " et qu'il garantisse " la pérennité et la simplicité des dispositifs d’aides à la rénovation énergétique ".

">