Président d'une entreprise de chauffage et sanitaire, également à la tête d'une dizaine d'autres filiales du Bâtiment, Lionel Gocel a développé le réemploi des chaudières, raccords et autres ballons après avoir fait de la préfabrication sa signature. Sa devise, avec rien on peut faire quelque chose.

Lionel Gocel, l'installateur recycleur

Qu'est-ce qui vous anime dans votre métier ?

Mon père était artisan plombier chauffagiste. J'ai donc grandi dans ce milieu, et même si je ne suis pas manuel, j'ai toujours été en admiration de leur minutie, du travail incroyable que ces installateurs pouvaient réaliser avec leurs mains. J'ai beaucoup appris à ses côtés, le piquage, le cintrage, la soudure... Quand j'ai repris l'entreprise de mon père, on comptait une trentaine de collaborateurs. Ma fibre commerciale m'a fait voir le développement de l'activité d'une autre manière. Si les artisans font parfois du travail d'orfèvre, ils peuvent perdre un temps incroyable sur les chantiers, par manque d'anticipation et d'organisation. C'est pour ça que j'ai lancé la préfabrication des réseaux avant d'arriver sur site. On arrive à diviser par quatre le temps d'intervention et on maîtrise surtout de plus en plus les coûts, les métrés. Désormais, on réalise même des préfabrications de colonnes de gaz en atelier.

prefagocelcuivretube.jpg
Dans l'atelier de préfabrication de l'entreprise

Peut-on être installateur et écolo ?

Je pense que oui ! J'ai toujours vu mon père ramasser une pâte à vis, démonter un raccord pour le remonter sur une autre chaufferie. C'est l'âme de notre métier, avec rien on peut faire quelque chose ! J'ai toujours veillé à ce qu'on ne gâche pas lors de nos interventions. Nous réalisons beaucoup de chantiers avec des bailleurs sociaux. Quand je démonte trois cents logements, je peux constater que 20 % des ballons d'eau chaude par exemple ont moins d'un an. J'essaie de garder tout ce que l'on peut garder. Pourquoi jeter un raccord en laiton, un bout de PVC ou une autre chute alors qu'ils sont inusables ? C'est dans cet objectif que j'ai créé les écoopérateurs avec près de 170 salariés. Tous sont devenus actionnaires. Chacun fait le maximum pour récupérer ce qu'il peut lors des interventions. Ensuite, les pièces sont stockées chez nous et réutilisées lors des préfabrications. Le temps gagné sur site nous permet de mieux réfléchir au réemploi des équipements et accessoires. On arrive même à faire de l'occasion avec des chaudières murales !

Quelle est votre arme secrète ?

Je veux avant tout faire gagner du temps et de l'argent à tout le monde ! Ma première volonté est de mettre de l'organisation dans le quotidien des installateurs et des dépanneurs, pour qu'ils soient le plus efficace possible sur le terrain et qu'ils soient valorisés grâce au travail bien réalisé. Et je n'oublie pas l'usager final, en bout de chaîne ! Lui aussi est ravi de gagner quelques euros quand je lui parle de réemploi. Quand vous savez que certaines personnes ne peuvent pas changer leur ballon ou leurs toilettes parce que c'est trop cher, je trouve cela inconcevable !

C'est quoi l'installateur de demain selon vous ?

C'est un professionnel connecté et technophile. De toute façon, il a ça dans le sang. Je le vois avec les différents outils que nous avons développés, notamment le logiciel pour nos dépanneurs. Lors de leurs interventions, ils utilisent une application qui les guide grâce à des questions. Il suit des étapes logiques, doit prendre des photos et vidéos avant et après avoir travaillé. Et, cerise sur le gâteau, il obtient une petite prime s'il a réussi à enclencher un devis, de nouveaux travaux ou s'il a récupéré des pièces sur le chantier pour les écoopérateurs. Je pense que la préfabrication a également tout intérêt à se développer. Elle assure moins d'erreurs et moins de temps perdu, pour tout le monde.

La bio

Lionel Gocel reprend l'entreprise familiale en 2003, après avoir fait ses armes aux côtés de son père, installateur de métier. Lui, c'est l'aspect développement de l'activité qui l'anime. Tellement que désormais, il compte près de 250 collaborateurs et une dizaine de filiales, entre sociétés de chauffage et sanitaire, dépannage, électricité et même menuiserie. Véritable défenseur de l'anticipation et de l'organisation, il a créé avec ses salariés une sorte de coopérative pour le réemploi de chaudières, ballons et autres raccords en laiton, avec l'idée, toujours, de faire gagner du temps et de l'argent à tout le monde.

">