Le Groupe Poujoulat a dépassé les 300 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021 et continue sa progression sur les marchés du bois-énergie, de la qualité de l’air intérieur et de l’efficacité énergétique dans le bâtiment. Le point avec Frédéric Coirier, PDG du Groupe Poujoulat.

Comment se porte le Groupe Poujoulat ?

Au 31 mars 2022, notre croissance affichait +30 % grâce à notre capacité d’adaptation et de réactivité toujours très forte. Nous avons réalisé de nombreux investissements, notamment dans notre plus grosse usine de biocombustibles en Haute-Saône et avec deux acquisitions cet été dans la Sarthe. Le bois-énergie représente un tiers de l’activité du groupe. Nous avons aussi investi dans des extensions de sites et dans de nouvelles machines pour avoir plus de capacité et plus de compétitivité à l’échelle européenne. Désormais, nous fabriquons plus de 80 % de ce que nous vendons, ce qui nous permet d’être réactif et de croître.

Comment se comporte le marché actuellement ?

Depuis la sortie du Covid, il y a eu une reprise assez inattendue sur les équipements de la maison. L’impact de la guerre en Ukraine reste limité même si il génère des tensions sur les approvisionnements et le coût du gaz et de l’électricité. Une chose est sûre, on ne fera pas tout avec une seule énergie. Il faut passer à la mixité énergétique. Nous répondons à ce besoin avec le bois comme solution pour compléter un chauffage principal qui fonctionne avec une pompe à chaleur ou une chaudière gaz. Nous avons la possibilité d’équiper plus de maisons et de diminuer les consommations d’énergie de 25 à 30 %.  

Quel est votre point de vue sur la tension actuelle sur le marché du granulé ?

Je crois qu’il ne faut pas être trop négatif. Certains particuliers ont fait du stock mais je pense que quand la saison de chauffe commencera en novembre, les tensions vont un peu retomber. La production européenne a augmenté, et en France, il y a des ouvertures de nouvelles usines et des projets d’usines pour produire plus donc l’offre de granulés est en croissance. Il va y avoir un équilibre entre l’offre et la demande. En tous cas, nous espérons que l’hiver ne soit pas trop rude trop longtemps. Il faudra que chacun réduise sa consommation et le marché sera moins tendu.  

Quels sont vos prochains objectifs pour le groupe ?

D’ici 2025/2026, nous voulons doubler de taille. Nous avons un plan d’investissement pour nous moderniser et augmenter notre capacité industrielle et logistique. Nous voulons contribuer à la décarbonation du mix énergétique. Le bilan carbone est d’ailleurs dans notre ADN. D’ici deux ans, nous aurons 75 % de notre électricité décarbonée et d’origine renouvelable. Nous nous dirigeons vers la neutralité carbone pour nos activités.

Côté produits, sur quoi travaillez-vous ?

Nous sommes positionnés sur la performance énergétique, la qualité des combustibles et la qualité de l’air. Notre objectif est de continuer à investir et innover. Notre produit Réno VMC-Gaz de Cheminées Poujoulat a d’ailleurs reçu la médaille de bronze des Awards de l’Innovation du Mondial du bâtiment 2022. Au-delà de la performance énergétique, un de nos axes de développement est le design. Nous avons à cœur de proposer des conduits de cheminée et sorties de toit qui s’intègrent à l’architecture des maisons et à la décoration intérieure des pièces de vie. Notre dernière innovation est la collection d’habillages ventilés, Design’up, pour répondre aux attentes des consommateurs en quête de personnalisation. Nous avons aussi la marque Outsteel qui est une solution de personnalisation des unités extérieures de pompes à chaleur et de climatisation pour les protéger et les dissimuler.

">