La ventilation double flux pourrait jouer la carte de la sobriété énergétique pour s'imposer dans le résidentiel neuf. La prise en compte de la ventilation dans le DPE manque encore d'ambition. La modulation des débits d'air et l'intelligence des systèmes deviennent légion pour garantir une consommation énergétique maîtrisée.

Si la sobriété énergétique était il y a encore quelques mois une rêveuse idéologie vers laquelle certains acteurs du Bâtiment essayaient de tendre, elle est désormais plus que jamais une nécessité. Les prix très fluctuants, même très incertains, des énergies oblige à réduire les moindres consommations pour sauver les fins de mois. Mais si, pour éviter de trop chauffer le bon sens veut qu'on enfile un gros pull, qu'en est-il de la qualité de l'air à l'intérieur des bâtiments ? Ouvrir les fenêtres serait une hérésie alors que les températures avoisinent 0 °C et couper tout système de ventilation une aberration au risque de créer des nids douillets pour les microbes, particules fines et autres COV, sans parler de la concentration de CO2. Pourtant, c'est bien ce qui est à craindre, laisser une fois de plus la ventilation de côté et fermer les yeux sur tous les risques que pourrait engendrer ce manque d'air. Mais c'est sans compter sur la mobilisation de ces super défenseurs de la QAI, à l'instar des membres de l'association française de ventilation présidée par Pascal Housset.

L'association, qui fêtera ses deux ans en début d'année 2023, a réussi à faire adhérer les différentes organisations professionnelles représentant la filière telles que l'UMGCCP-FFB, dont Pascal Housset est également président, mais aussi l'Una-CPC au sein de la Capeb et le Synasav, ainsi que les fabricants de systèmes de ventilation qui voudraient qu'on donne enfin plus d'importance à leurs équipements. "Il n’y avait pas vraiment de filière QAI dans le Bâtiment. Nous avons regroupé une taskforce qui permet d’être à la fois dans l'opérationnel, la R&D, mais aussi en travaillant avec les parlementaires et le gouvernement. " Le gouvernement semble d'ailleurs depuis ces dernières années avoir pris en compte l'intérêt de veiller à une bonne qualité à l'intérieur des bâtiments, et notamment des logements.

Ce que dit la loi

1982

C'est l'année où a été réalisée la réglementation qui régit les systèmes de ventilation dans les constructions à partir de cette date. Une réglementation dont la pertinence est discutable selon certains professionnels, près de quarante ans après avoir été rédigée.

Dans les écoles

Les arrêtés du 8 octobre 1987 et 9 octobre 1987 du Code du Travail obligent le chef d’établissement à tenir à jour « Un dossier des installations » et fixe les périodicités pour l’entretien des installations de ventilation.

RE2020

Depuis le 1er janvier 2022 pour le résidentiel, le 1er juillet 2022 pour les bâtiments à usage de bureaux et d’enseignement primaire et secondaire​, et à partir du 1er juillet 2023 pour les autres types de bâtiments (commerce, université, hospitalier, etc.)​, la vérification des systèmes de ventilation est obligatoire dans le neuf.

EN16798

Cette norme indique aussi des règles pour la conception et le dimensionnement des installations de ventilation pour respecter des critères QAI.

On peut par exemple noter, avec l'entrée en vigueur de la RE2020 en janvier dernier, l'obligation de vérifier à réception les installations de ventilation dans les constructions neuves. Un protocole ventilation a d'ailleurs été publié à cet effet en février dernier. Des professionnels peuvent dès maintenant acquérir les compétences, ou plutôt les autorisations, à contrôler ces installations de ventilation. Le processus vers une meilleure reconnaissance de la ventilation est donc en route dans le neuf. Mais ces avancées restent toujours trop timides selon la filière pour assurer une bonne qualité de l'air intérieur.

Ventilation non conforme = consommations énormes

On accuse souvent la ventilation d'être trop énergivore, et pour cause. " La ventilation représente 25 % en moyenne des besoins de chauffage du parc de logements en France, détaille Laurent Cifoux, responsable des affaires publiques au sein du groupe Atlantic, soit l'équivalent de quatorze réacteurs nucléaires uniquement pour chauffer l'air que nous respirons ! " Le gisement d'économies d'énergie est tout trouvé. Il ne reste donc plus qu'à fabriquer des systèmes de ventilation moins gourmands en énergie. Bonne nouvelle, ils existent déjà !


" Il faut un Cerfa ventilation pour garantir de la qualité des installations ",
Pascal Housset, président de l'Association française de ventilation

En se basant sur le moteur de calcul de la RE2020 et en ne regardant donc que les consommations énergétiques des systèmes de ventilation, le groupe Atlantic a remarqué qu'une simple flux hygroréglable modulée et une double flux consommaient toutes les deux 16,3 kWh/m²/an. Si leur consommation est pourtant similaire, c'est souvent la première solution qui est préférée par les constructeurs de maisons individuelles au détriment de la seconde, et du renouvellement de l'air qu'elle garantit. " Tant que les pouvoirs publics n'auront pas imposé une obligation de renouvellement d'air, les CMistes continueront de préférer faire installer une simple flux hygroréglable car la solution reste moins coûteuse que la double flux " fait remarquer Laurent Cifoux avant d'ajouter " nous passerions pourtant de 60 % du temps passé dans un environnement avec une concentration de CO2 supérieure à 1 200 ppm à seulement 35 % avec la double flux. "  Un avis que partage André Chouquais, chef marché Habitat au sein de France Air. " L'hygroréglable ne permet pas de contrôle véritable sur l'entrée d'air alors que la double flux filtre l'air neuf. D'autant qu'elle permet une récupération d'énergie à des taux très élevés, au-delà de 90 %, de quoi réduire la facture de chauffage efficacement. " Nous aurions donc une piste à creuser pour garantir une QAI sans gâchis d'énergie. Encore faudrait-il que les systèmes de ventilation installés soient efficients, et conformes.

C'est dans ce cadre que Claire Pitollat, députée des Bouches-du-Rhône, désormais également nommée au Conseil national de l'air, avait oeuvré pour faire naître un DPE spécial ventilation. " La nouvelle mouture du DPE n'est pas aussi ambitieuse qu'espérée mais elle reste une progression, constate la parlementaire. Le diagnostic prend désormais en compte la capacité ou non d'un logement à renouveler l'air intérieur. C'est une information qui permet aussi d'alerter les particuliers sur l'importance d'un bon système de ventilation. " Parce qu'il s'agit bien de savoir faire la différence entre une bonne et une mauvaise ventilation. L'un des nombreux dossiers sur lesquels l'AFV aimerait bien être entendue par les pouvoirs publics consiste justement à la mise en place d'un certificat de conformité pour la ventilation. " Près d'un système de ventilation sur deux n'est pas en règle avec le texte de 1982, rappelle Pascal Housset. La première des actions serait de s'assurer que chaque équipement est installé conformément à la réglementation. Nous sommes actuellement en train de discuter avec les parlementaires mais aussi le cabinet du ministère de la Transition énergétique pour obtenir un Cerfa, un certificat de conformité sur la ventilation. Ce document a largement fait ses preuves dans les installations gaz, où seulement 5 % d'anomalies sont relevées chaque année sur le territoire national. "

Un certificat de conformité pourrait donc assurer la qualité de ces systèmes de ventilation installés, et redonner un espoir à cette réglementation de 1982, certes parfois considérée, à juste titre d'être obsolète car elle prend en compte les problèmes d'humidité que peut rencontrer le bâti mais n'évoque pas la nécessité d'éviter au maximum l'agglomération de CO2, particules fines et autres COV.


" Apporter le bon débit d'air au bon moment est la clé d'une QAI maîtrisée ",
Laurent Cifoux, responsable des affaires publiques au sein du groupe Atlantic

Il n'empêche que l'application de ce texte à la lettre pour les constructions neuves ne règlera pas le problème de toutes les autres habitations. Aucune obligation légale existe aujourd'hui pour mettre au niveau tous les logements sortis de terre avant 1982. " On compte pas moins de 60 % du parc immobilier résidentiel qui n'est pas soumis à la réglementation de 1982, insiste Laurent Cifoux. C'est un risque sanitaire et de pérennité du bâti de ne pas légiférer sur ce point alors que des milliers de rénovations énergétiques sont enteprises chaque année. " Et croire que ces projets de rénovation énergétique qui se lancent dans tout l'Hexagone résoudront le problème de la ventilation inexistante serait un leurre.

Pas de rénovation sans ventilation

On constate, grâce à MaPrimeRénov' et aux CEE qui lui sont alloués, une augmentation des ventes de la ventilation double flux. " Cela reste compliqué à installer dans l'existant, concède Pascal Housset, à moins de vouloir que son salon ressemble au centre Pompidou, avec des gaines apparentes partout dans la maison. " L'installateur s'inquiète également de l'émergence, comme toujours quand un dispositif d'aides est mis en place, d'entreprises peu scrupuleuses et peu qualifiées qui profite de l'essor du marché.


" C'est par l'évolution technologique que la réglementation bougera ",
Claire Pitollat, députée des Bouches-du-Rhône, présidente du Conseil national de l'Air

Pour Laurent Cifoux, si la double flux n'est peut-être pas la réponse pratique dans l'existant, il doit y avoir un intermédiaire aux simple flux autoréglables qui ont actuellement le monopole des rénovations. " En 2021, on compte 600 000 systèmes de ventilation simple flux autoréglable non modulée vendus en France. Ces systèmes énergivores sont choisis pour leur prix sans conscience du gaspillage énergétique qu’ils représentent. Pourtant, ils consomment deux fois plus qu'une hygroréglable modulée. Si le marché de la rénovation optait davantage pour cette solution, nous pourrions économiser une surconsommation annuelle de 1 TWh, soit l'équivalent d'un réacteur nucléaire tous les six ans. " Des économies d'énergie qui seraient donc à la portée de tous. Du moins, dans les logements, car pour les bâtiments tertiaires, c'est une autre affaire.

Un peu de lecture

Protocole ventilation

Une méthodologie a été mise au point pour vérifier à réception les systèmes de ventilation dans le neuf. Le protocole ventilation RE2020 est à consulter sur le site Internet du ministère de la Transition énergétique.

Autocontrôle

L'Agence qualité construction (AQC) a publié des fiches d'autocontrôle pour l'installation d'une ventilation simple flux ou double flux. Conçue tel un questionnaire avec plus de 30 points à vérifier lors de la mise en oeuvre de l’ouvrage, elle passe notamment en revue le dimensionnement et la préparation de chantier.

Double flux en réno

L'AQC, toujours, a compilé dans un rapport les douze points de vigilance à connaître lors de la mise en place d'un système de ventilation double flux en rénovation. Le document est à télécharger sur le site Internet de l'AQC.

Il suffit de se rendre sur les bancs de l'école. Selon une étude menée par l'Observatoire de la qualité de l'air intérieur en 2017, toutes les écoles sans exception dépassent la valeur seuil de l’OMS pour les PM 2.5 avec une médiane à 18 μg/m3 pour une valeur seuil de 5 μg/m3. Quant au taux de concentration de CO2, 70 % des écoles ont un confinement élevé à extrême, avec des valeurs dépassant les 1 700 ppm alors que le RSDT demande une valeur cible de 1000 ppm, sans dépasser 1300 ppm. " Les collectivités locales semblent encore peu maîtriser l'importance d'un bon système de ventilation dans leurs établissements scolaires. Et puis, pour certaines, les budgets sont dans tous les cas trop serrés pour imaginer une filtration et un renouvellement d'air dans les salles de classe " admet Pascal Housset. L'AFV avait d'ailleurs lancé le plan VMC à l'école lors de la campagne présidentielle avec notamment la mise en place d'un plan national de vérifications et de mise à niveau des systèmes de ventilation mécanique contrôlée ainsi que l'installationà court terme une solution de ventilation mécanique double flux centralisée ou décentralisée, permettant un « renouvellement d'air suffisant et maîtrisé » pour les établissements éducatifs ne respectant pas la limite réglementaire de 1300ppm exigée par le RSDT. Depuis la réélection d'Emmanuel Macron à l'Élysée, il a pour l'instant surtout été question d'installer des capteurs de CO2 dans les salles de classe. Mais la députée Claire Pitollat se veut rassurante.


" La RE2020 nous pousse à concevoir des systèmes plus faciles à installer et à maintenir ",
André Chouquais, responsable du marché Habitat chez France Air

" Le président de la République s'est engagé à améliorer la QAI dans les écoles. Le dossier est également en haut de la pile au ministère de la Santé. " Pour Priscilla Petinga, ingénieur recherche en ventilation et membre du comité technique de l'AICVF, qu'il s'agisse d'une école, d'un immeuble de bureaux ou d'une salle de spectacle, le paramètre à ne pas négliger pour s'assurer d'une bonne qualité de l'air intérieur réside dans la pédagogie et la passation d'informations entre les intervenants sur site. " Rien ne sera résolu sans la mise en place d'un carnet sanitaire air. Cet outil pourra rassembler l’ensemble des éléments tels que le dossier d'installation, celui de la maintenance, les fiches de suivi ou encore les valeurs de référence à respecter. " De quoi pérenniser la performance énergétique des installations. Des installations qui sauront d'ailleurs se doter d'intelligence pour garantir encore plus d'efficacité à moindre coût.

En chiffres

25 %

C'est la part que représente la ventilation dans les besoins de chauffage en moyenne en France, soit l'équivalent de 14 réacteurs nucléaires.

16,3 kWh/m²/an

C'est la consommation d'un système de ventilation double flux, égale à celle d'un système de simple flux hygroréglable modulé, d'après le moteur de calcul de la RE2020.

1 700 ppm

C'est le taux de concentration de CO2 dépassé dans sept écoles sur dix en France actuellement d'après une étude de l'OQAI.

600 000

C'est le nombre de systèmes de ventilation autoréglables non modulés qui se sont vendus en 2021, soit les trois-quarts des chantiers de rénovation.

Ventilation Day

Une QAI zéro gâchis

Revivez notre quatrième édition de Ventilation Day en son et en images avec le replay de notre émission diffusée le 2 décembre dernier. Pendant une matinée, nous avons échangé avec des experts de la QAI pour savoir comment donner une place de choix à la ventilation qu'on targue, à tort, d'être énergivore.

" Neuf ou réno, des chantiers bien ventilés " et " Bureaux et ERP, une bonne QAI sans gaspillage " sont à revoir sur notre chaîne Youtube.

">