Uniclima a dévoilé ce mardi 2 février les chiffres des ventes de ses adhérents industriels en 2020, année marquée par la crise sanitaire.

Alors que 2021 débute sur des incertitudes économiques et sanitaires, le marché du CVC semble avoir résisté au Covid, en témoignent les chiffres 2020 des ventes réalisées par les adhérents Uniclima.

Le gaz condensation résiste

510 000 chaudières gaz et fioul à condensation ont été vendues en 2020. Le marché a connu avec la pandémie un arrêt brutal d'après l'analyse du syndicat Uniclima, et a su reprendre sur la deuxième partie de l'année. Le marché de la chaudière à condensation s'est bien porté, mais celui des chaudières classiques a vu sa décroissance naturelle se poursuivre (75 000 unités classiques vendues en 2020). Dans le résidentiel collectif, la baisse a été conséquente : - 10 % par rapport à 2019, causée selon Uniclima par la crise sanitaire empêchant d'intervenir dans le collectif pendant une grande partie de l'année et l'arrêt des CEE pour le secteur.

Le marché des radiateurs à eau a fortement souffert, car très lié au marché des constructions neuves fortement ralenties en 2020, passant de plus de deux millions d'unités vendues en 2019 à près d'un million sept cent mille. Uniclima craint l'arrivée de la RE2020 cette année, et la chute confirmée du marché des radiateurs à eau.

Stabilité de la chaudière biomasse

Sur l'année écoulée, 17 300 chaudières biomasse ont été vendues, soit une très légère baisse de 0,6 % par rapport à 2019. Dans le détail, le marché des chaudières à granulés a connu une belle croissance (+6 %), même si cette hausse n'a cessé de diminuer au fur et à mesure de l'année, au détriment de la chaudière à bûche qui subit une baisse des ventes de 30 % en 2020.

Le solaire thermique continue sa décroissance, surtout dans le collectif (- 29 % de surfaces installées). " La solution est un peu oubliée aujourd'hui, constate François Frisquet, président d'Uniclima. La crainte est de ne plus trouver d'installateurs QualiSol, nous veillerons à maintenir les compétences sur le terrain. "

Légères inquiétudes sur la PAC air / eau

2020 est un marché en stabilité par rapport à 2019 sur la PAC air / eau, avec 175 222 unités vendues, soit une très légère baisse de 0,6 %. " Le premier quadrimestre a été excellent, avec une hausse de 14 %, analyse Eric Bataille, président de l'Afpac. Le reste de l'année est un peu plus inquiétant. "

Dans le détail, le monobloc a grimpé de 34 %, passant à 18 114 unités vendues. " Des baisses sont en revanche enregistrées sur les puissances inférieures à 6 kW, liées à une baisse d'activité générale qui semble se confirmer " selon Eric Bataille. Les PAC air / eau haute température, idéales en rénovation, ont également baissé de 23 %. " C'est un affinage technique de la filière, analyse Eric Bataille, les professionnels se sont rendus compte que les PAC moyenne température suffisaient en rénovation. "

Les CET sont quant à eux à la peine, première fois pour la technologie depuis qu'Uniclima enregistre les ventes. 110 320  unités ont été vendues en 2020, soit une baisse de 6 %. " Nous craignons que l'avenir ne soit pas plus optimiste pour les CET, étant donné l'entrée en vigueur de la RE2020 qui semble mettre de côté cette technologie. "

La PAC air / air toujours en hausse

Alors que l'an dernier les ventes de PAC air / air s'étaient envolées (+ 27 %), la technologie semble avoir continué sa progression en 2020 (+ 11 %). Les multisplits atteignent désormais 30 % du marché " Les PAC air / air sont désormais une solution globale, et non plus un appoint " explique Chrystel Mollé, directeur des affaires réglementaires chez Mitsubishi Electric. Le mural reste l'unité intérieure favorite, avec plus d'un million unités vendues en 2020. Les puissances supérieures à 12 kW ont cependant chuté de 7 %, conséquence de la fermeture des petits tertiaires pendant la pandémie.

Les DRV subissent une baisse de 9 % pour la première fois depuis 2012, conséquence également de la crise sanitaire ayant freiné les dépenses dans le tertiaire. Les chillers ont pour leur part tenu tête à la crise sanitaire, le secteur industriel ayant continué à fonctionner. Uniclima note une évolution vers des fluides à faible GWP, la part des fluides à GWP inférieurs à 150 passant de 3 % à 15 % entre 2019 et 2020.

Un avenir sombre ?

En conclusion à cette conférence de presse, François Frisquet, président d'Uniclima, est revenu sur l'une des étapes clés de l'année en cours, l'entrée en vigueur de la RE2020. " Nous avons éprouvé beaucoup de difficultés à être entendus par le gouvernement, confie l'industriel. Le tertiaire est complètement oublié. Les seuils empêchent également toute solution hybride d'être installée. Nous demandons donc des seuils progressifs et moins sévères. Des emplois sont menacés si on met en place cette réglementation en l'état. "

Le président d'Uniclima s'est aussi félicité des bons chiffres en rénovation, insistant tout de même sur la " complexité " des aides qui " rendent la visibilité très réduite " des clients. " Nous souhaitons que des efforts de simplicité se poursuivent sur les dispositifs d'aides. " François Frisquet a également profité du moment pour demander au gouvernement de repousser l'application du décret relatif à l'interdiction des chaudières fioul émettant plus de 250gCO2eq/kWh à fin 2022. " Le biofioul est une réelle alternative, nous avons juste besoin de quelques mois supplémentaires pour proposer des matériels biocompatibles performants. "

">