Le syndicat professionnel a présenté les chiffres marché de l'année dernière. De belles croissances ont été enregistrées dans des secteurs parfois inattendus.

Uniclima : Gaz, solaire thermique, biomasse... les bonnes surprises de 2021

C'est ce jeudi 3 février que le syndicat professionnel Uniclima présentait les chiffres marché de l'année passée dans le secteur du CVC. Si 2021 semble avoir été l'année de la PAC air / eau, au détriment d'une PAC air / air météo-sensible, quelques bonnes surprises ont été constatées pour d'autres technologies.

La biomasse fait notamment une année exceptionnelle, doublant le nombre d'unités vendues entre 2021 et 2020, voire même 2019, pour atteindre 34 900 chaudières. Cette croissance est majoritairement portée par les chaudières à chargement automatique, principalement des chaudières à granulés, qui progressent de 120 %, " poursuivant et renforçant une tendance à la hausse établie depuis maintenant cinq ans " analyse Uniclima. Notons que ces chaudières se développent surtout sur le marché de la rénovation, en remplacement des chaudières fioul, étant soutenues par les dispositifs d’aide avantageux.

Le granulé en feu

Les chaudières à chargement manuel se stabilisent quant à elles en 2021 avec une légère hausse de 10 % alors qu’elles étaient en régression en 2020. En revanche, la part des chaudières bûches ne cesse de régresser, passant de 14 % à 8 % du marché total. Le marché reste pour autant dynamique pour le renouvellement d'anciennes chaudières bûches. Uniclima et le SFCB regrettent d'ailleurs un manque d'incitation gouvernementale pour remplacer les anciennes chaudières bûches. Autre inquiétude des industriels, le nombre d’installateurs qualifiés qui reste encore insuffisant face à la demande. Actuellement, on compte moins de 4 000 installateurs Qualibois eau, " malgré les efforts de formation réalisés par les industriels du secteur " ajoute Uniclima. 2022 devrait garder la même dynamique marché pour la biomasse d'après le syndicat professionnel, qui, compte tenu de la hausse du prix des énergies,mise sur l'émergence des solutions 100 % EnR avec le couplage chaudière biomasse + solaire thermique.

Le solaire thermique rayonne

Justement, le solaire thermique semble avoir regagné le coeur des Français. Le marché renoue enfin avec la hausse avec 53 600 m installés contre 46 130 en 2020, soit une progression de 16 %, après huit années de baisse. Les équipements solaires thermiques profitent notamment de l’embellie sur la rénovation et le changement des anciennes chaudières dans l’individuel, ainsi que du contexte de hausse des énergies classiques.

Dans le détail, 26 300 m2 de chauffe-eau solaire individuel (CESI) ont été posés, soit une hausse de 42 % par rapport à 2020 et 56 % par rapport à 2019. De même, les systèmes solaires combinés grimpent de 43 % en un an, et 45 % en deux ans, pour atteindre 5 800 m2 installés. Seules les surfaces de capteurs d'eau chaude solaire collectives diminuent de 9 % entre 2020 et 2021, représentant 21 500 m2 à la fin de l'année.

Pour l'avenir, Uniclima se dit confiant. " La reprise concerne enfin le solaire et cela devrait se poursuivre en 2022, en espérant qu’il n’y ait pas de ralentissement en début de 5ème période du dispositif CEE " tempère le syndicat. Le contexte de hausse du prix des énergies pourrait également inciter les particuliers à s’équiper de systèmes avec l’énergie solaire. Comme pour la biomasse, le point de vigilance reste le nombre d’installateurs qualifiés. " On enregistre environ 1 300 installateurs Qualisol et seulement 300 Qualicombi " déplore Uniclima qui estime que dans le collectif aussi, les beaux jours arrivent pour le solaire thermique. " L’espoir reste d’un développement dans le neuf avec la RE2020, le solaire pouvant aider les solutions gaz collectives à passer le seuil de 2022. "

Plein gaz en 2021

Autre surprise, alors qu'on annonce les énergies fossiles enterrées, selon Uniclima le marché des chaudières gaz et fioul confondus a augmenté de 22 % l'an dernier, pour atteindre 715 000 unités vendues. Le fioul représentant 4 % de parts du marché, les chaudières gaz restent donc encore très présentes dans les foyers français. C'est bien sûr la chaudière à condensation qui porte le marché, avec une hausse de 22 % pour 634 000 unités vendues, contre une hausse de 8 % et 81 000 unités vendues pour les chaudières classiques.

Selon Uniclima, les ventes de chaudières à condensation ont pu être stimulées par l’arrêt de certaines incitations financières comme le coup de pouce CEE pour les chaudières THPE qui a pris fin au 31 décembre. Un effet rattrapage des chantiers mis en suspend en 2020 peut également expliquer une partie de cette croissance. Reste à voir comment la RE2020 freinera cette dynamique.

">