Selon une enquête réalisée par Rothelec, un Français sur deux prévoit de remplacer son système de chauffage dans l'année, et sept sur dix priorisent le prix du nouvel équipement comme critère de choix.

Les Français veulent un chauffage pas cher

L'argent reste le nerf de la guerre, même dans le choix d'un système de chauffage. À en croire le dernier sondage réalisé par Rothelec auprès de 9 312 Français, le prix de l'équipement est le premier critère que retiennent les particuliers dans le choix de leur solution pour sept répondants sur dix (72 %). Viennent ensuite les garanties et le SAV pour 68 % des personnes interrogées, l'esthétique pour 67 %, l'automatisation pour 54 %, la fabrication française pour 51 % et la compatibilité solaire pour 44 %.

Les prix bas au détriment du confort

Si l'on peut regretter que le sondage ne demande pas l'avis des répondants quant au critère environnemental dans le choix de leur système de chauffage, on s'étonne surtout d'apprendre qu'ils sont six sur dix à déclarer préférer payer un système de chauffage peu cher quitte à avoir froid. D'ailleurs, quand on les interroge sur leur confort hivernal, sept Français sur dix estiment ne pas avoir froid l'hiver mais dépenser beaucoup en énergie quand seulement un sur dix déclare ne pas ressentir d'inconfort hivernal tout en dépensant peu d'énergie.

Des travaux planifiés en hiver

Pour palier cet inconfort hivernal, un répondant sur deux se projette dans des travaux de remplacement de son système de chauffage " prochainement ", avec une planification des interventions majoritairement prévue entre novembre et janvier. En effet, près de 63 % des personnes interrogées déclarent qu’elles attendent que les températures soient déjà très basses pour se décider à changer de système de chauffage.

L'effet Joule dans le cœur des Français

Quant à savoir quel équipement sera installé en remplacement, si deux répondants sur trois avouent ne pas connaître les différentes solutions de chauffage, l'effet Joule semble gagner le cœur des Français. Quatre répondants sur dix avouent choisir le chauffage électrique (39 %) devant le gaz (33 %), la PAC et la climatisation (12 %), le bois (11 %), le plancher ou plafond rayonnant (4 %) ou encore la géothermie (2 %). Reste à voir à quel point la situation actuelle, entre hausse du prix des énergies et guerre en Ukraine, peut jouer sur le choix des particuliers. Selon le sondage, huit Français sur dix seraient influencés par la conjoncture dans leur choix. Une fluctuation qui pourrait perturber encore un peu plus le marché.

">