Selon le baromètre Arti Santé publié par la Capeb, les professionnels du Bâtiment ont retrouvé le rythme d'avant-Covid et la fatigue qui va avec.

Pas de vacances pour 1 artisan sur 10

Le travail a bien repris pour les artisans depuis le début de la pandémie. D'après le baromètre annuel Arti Santé réalisé par la Capeb auprès de 1 180 professionnels du Bâtiment interrogés en janvier dernier, soit juste avant la guerre en Ukraine, le rythme des chantiers s'est intensifié ces derniers mois au point de retrouver une dynamique semblable à 2019.

Plus d'administratif à gérer

Selon le sondage, plus de la moitié des dirigeants d’entreprise ont en effet repris leur rythme de travail d’avant crise et la proportion de chefs d’entreprise travaillant plus de 60h par semaine a augmenté de 5 points. En fonction de la taille de l'entreprise, cette hausse varie assez sensiblement. En 2021, 14 % des chefs d’entreprise travaillant seuls déclarent faire plus de 60 heures par semaine contre 42 % pour ceux employant 11 à 15 salariés. C'est d'ailleurs souvent la gestion administrative qui gagne du terrain dans les agendas de ces artisans patrons. Elle représente de 10 à 25 % du temps de travail des chefs d’entreprise et augmente considérablement dès lors que l’entreprise compte plus de 5 salariés.

Deux semaines de congés pour 1 artisan sur 3

Et quand il s'agit de faire des pauses, les artisans ne sont pas les meilleurs élèves. Comme en 2020, un artisan sur deux travaille le week-end et seulement un dirigeant sur trois déclare avoir pris au maximum deux semaines de congés durant l’année 2021, contre 41 % en 2020. Sur l’ensemble des répondants, 29 % déclarent que la crise sanitaire a eu un impact sur leurs congés : 18 % les ont réduits et 11 % n’en n’ont pas pris. Et même en vacances, les professionnels restent connectés. Trois dirigeants sur cinq avouent consulter leurs mails quotidiennement, en légère hausse par rapport à 2020.

Et forcément, entre toutes ses tâches, la fatigue prédomine. Un répondant sur deux confie être fatigué. Les troubles du sommeil semblent toucher beaucoup d'artisans. 49 % se réveillent en pleine nuit, 38 % se réveillent précocement le matin sans pouvoir se rendormir et 22 % ont du mal à s’endormir. Des problèmes de sommeil qui se répercutent sur l’activité de la majorité des répondants (+ 66 %). Pour la Capeb, c'est un signal d'alarme. " Cette fatigue risque de s’accroître avec la hausse de la charge de travail et le contexte géopolitique actuel de la guerre en Ukraine dont les conséquences sur la hausse des prix inquiètent de plus en plus les chefs d’entreprise " estime l'organisation professionnelle.

Pour Jean-Christophe Repon, président de la Capeb, « la reprise de l’activité dans le bâtiment apporte évidemment de l’optimisme aux chefs d’entreprise mais le contexte actuel très incertain et les contraintes du quotidien ne leur permettent pas de retrouver totalement la sérénité ni de garder le moral. La gestion des tâches administratives continue de peser trop fortement sur les chefs d’entreprise des petites structures. C’est un enjeu de simplification sur lequel nous œuvrons quotidiennement afin d’apporter un meilleur accompagnement administratif et juridique aux entreprises. Parallèlement, nous réitérons constamment nos demandes aux pouvoirs publics : simplifier encore et toujours le quotidien des TPE. »

">