Propellet vient de publier une étude sur la capacité de la filière pour développer le marché du granulé dans le collectif et l'industriel.

Alors qu'une chaufferie collective ou industrielle sur cinq est alimentée par le bois, seulement 2 % d'entre elles tournent grâce au granulé, la majorité étant fournie par le bois déchiqueté (plaquettes forestières, connexes des industries du bois, broyats de bois en fin de vie...). Pour palier ce déficit et montrer que la filière est prête à se développer, Propellet France, l'association nationale du chauffage au granulé de bois, vient de publier une enquête sur la pertinence du granulé et la capacité de la filière.

9 chaufferies au granulé sur 10 ont une puissance inférieure à 300 kW

Premier élément relevé dans l'étude, les chaufferies au granulé actuellement installées sont de petite et moyenne puissances. Dans le secteur collectif / industriel, le CIBE recense, pour 2018, un parc de 1 156 chaufferies au granulé de bois de plus de 50 kW pour une puissance cumulée de 178 MW. Plus de 90 % des chaudières au granulé ont une puissance inférieure à 300 kW. En comparaison à la plaquette, le granulé semble donc plus pertinent pour satisfaire de faibles besoins thermiques.

Diviser pour mieux chauffer

Selon Propellet, le fractionnement de la puissance en plusieurs chaudières est couran tpour les installations au granulé. " Du fait d’une puissance minimale autorisée plus faible que pour une chaudière unique, cette configuration permet de couvrir une plus grande part des besoins thermiques par le bois (y compris les besoins d’eau chaude sanitaire l’été), éventuellement jusqu’à 100 % c’est-à-dire sans recourir à une énergie fossile en appoint. "

Lors d'un appoint fourni par une énergie fossile, l'enquête montre également que le granulé semble avoir moins besoin de soutien que la plaquette. " Avec le granulé, seuls 10 % des besoins sont couverts par l’énergie d’appoint contre 15 % pour la solution plaquette, ce qui représente une réduction de 33 % du recours à cette énergie d’appoint. "

L'enquête complète Propellet est à consulter ici.

">