Grâce aux avancées technologiques de Steril-Aire, les Ultraviolets C (UVC) peuvent désormais être utilisés pour détruire les maladies contagieuses qui circulent dans l'air comme le rhume, la grippe et en particulier les légionelles et Coronavirus et qui sont véhiculées par les systèmes de climatisation.

Les virus en suspension dans l'air peuvent être détruits avec des doses élevées d'UVC dans le courant d'air diffusé par les systèmes CVC

Prévention et qualité de l’air interieur

La prévention est souvent perçue par l'entreprise comme un coût à engager. En réalité, elle permet d'éliminer des surcoûts générés par des dommages collatéraux. Des surcoûts pour l’entreprise, le salarié, les compagnies d'assurance, et la population dans son ensemble.  

La qualité de l'air intérieur et le confort microclimatique sont déterminants pour la santé et de nombreuses études confirment le rôle de certains polluants biologiques et chimiques dans les réactions allergiques, les crises asthmatiques et les troubles respiratoires qui, avec le temps, peuvent devenir chronique et invalidante.

La qualité de l'air intérieur (QAI) fait référence à l'air intérieur que vous respirez, par exemple dans les bureaux publics et privés, hôtels, centre commerciaux, bateaux de croisière, les espaces et équipements publics (hôpitaux, écoles, aéroports, gares, tribunaux, Mairie...), ou encore dans les espaces dédiés aux activités récréatives et sociales (cinémas, bars, restaurants, commerces, installations sportives). Et à cet égard, l'OMS conseille de définir les limites des polluants intérieurs pour lesquels il existe de nombreuses preuves scientifiques sur les effets néfastes sur la santé.

Les bienfaits d’une politique de prévention

En l'absence de ventilation adéquate, la qualité de l'air intérieur a tendance à se détériorer, du fait de la présence et de l'accumulation de polluants et pathogènes : substances qui ont des caractéristiques telles qu’elles modifient la composition physique de l'air, et en altère sa salubrité ( «air vicié»).Or les systèmes de thermo-ventilation permettent de renouveler l'air vicié d'un environnement et de diluer la concentration de substances nocives produites par des sources internes.

Cependant, si l'on combine les conséquences d'une ventilation insuffisante, d'un renouvellement d'air insuffisant et d'une surpopulation avec l'absence ou une maintenance inadéquate des systèmes de climatisation, des centrales de traitement d'air ou des humidificateurs ont obtiendra  inévitablement une  prolifération d'acariens, de bactéries, de moisissures et d'allergènes d'origine animale, ainsi que de virus et champignons, responsables de nombreuses allergies et maladies respiratoires chez l'homme.

Les systèmes de climatisation, utiles et nécessaires, doivent être régulièrement surveillés et correctement nettoyés pour éviter la propagation de millions de germes collectés…  et cela ne suffit souvent pas.

Bien plus, l'air extérieur conditionnant l'air intérieur, il est nécessaire de privilégier l'utilisation de systèmes de ventilation qui minimisent la pollution de l'air et de concevoir des solutions permettant d'optimiser les coûts et la consommation d'énergie. Dans le même temps, il est nécessaire de contrer l'augmentation des maladies chroniques par l'utilisation de solutions qui réduisent les facteurs de risque. 

Les filtres de climatisation courants offrent peu de protection

Les systèmes de climatisation et de ventilation sont propices à la propagation –que ce soit d'un étage à l'autre, d'une pièce à l'autre ou encore d'une personne à l'autre- de bio-aérosols, c’est-à-dire de toxines d’origine biologique comme les virus, les bactéries les champignons, les moisissures, le pollen, les résidus végétaux et tout autre micro-organisme en suspension dans l’air. Autant de facteurs de risque potentiel pour la santé humaine. 

Parce que ces organismes se développent en aval du système de filtration, sur le serpentin et dans le bac à condensats, et parce que les microbes en suspension dans l'air peuvent être d’une taille infinitésimale - 0,02 microns-, les filtres de climatisation courants offrent peu de protection. 

Les agences gouvernementales, les professionnels de la santé et les chercheurs sur la qualité de l'air intérieur (QAI) conviennent que les méthodes de nettoyage sont peu pratiques, potentiellement toxiques, nuisibles au fonctionnement et à l'efficacité de l'équipement, ou tout simplement trop chères.

Le CDC recommande une stratégie en couches pour réduire les expositions au SRAS-CoV-2, le virus qui cause le COVID-19. Une stratégie en couches combine plusieurs stratégies de prévention telles que l'utilisation cohérente et correcte des masques, la distanciation physique, le nettoyage et la désinfection, l'hygiène des mains et la ventilation.

Les interventions de ventilation peuvent aider à réduire le nombre de particules virales infectieuses (par exemple, le SRAS-CoV-2) dans l'air. Les interventions de ventilation comprennent l'ouverture des fenêtres, l'utilisation de ventilateurs, les filtres HEPA et l’ajout d’une irradiation germicide ultraviolette (UVGI).

Le Biofilm, micro-organismes et composé organiques volatiles (COV)

Le biofilm est une matrice collante microbienne active et complexe de moisissures et de bactéries qui adhère aux ailettes de la bobine et protège les organismes des biocides. Elle se développe sur les serpentins d'évaporateur de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC), les bacs de récupération et les gaines et entraîne une multitude de problèmes de qualité de l’air (QAI) et de fonctionnement des CVC qui sont attribués à tort à la moisissure.

Les biofilms eux-mêmes dégagent des composés organiques volatils (COV) dont les effets peuvent aller du larmoiement et des maux de tête à des réactions allergiques et asthmatiques plus sévères.

De nombreuses études ont démontré que le système CVC est un amplificateur, un réservoir et un diffuseur viable de bactéries, virus et moisissures pathogènes et opportunistes. 

Quelle que soit la qualité de nettoyage du serpentin, du pulvérisateur ou du nettoyeur haute pression utilisé, l'efficacité de ces méthodes atteint jusqu’à seulement 2,5 cm dans le serpentin, malheureusement la matière organique et biologiquement active s'accumule plus profondément dans les ailettes du serpentin.

Le rayonnement ultraviolet germicide , découvert dès la fin du XIXe siècle, est une méthode de stérilisation qui utilise la lumière UV à la longueur d'onde UV-C, très utile pour prévenir la prolifération de micro-organismes nocifs pour la santé. Initialement utilisé dans le domaine médical, l'application des UVC pour la stérilisation est une pratique acceptée depuis le milieu du XXe siècle.

Qu'est-ce que l'ultraviolet C ?

La lumière ultraviolette (UV) est une forme d'énergie électromagnétique produite naturellement par le soleil. L'UV est un spectre de lumière juste en dessous de la lumière visible et il est divisé en quatre zones spectrales distinctes - Vide UV ou UVV (100 à 200 nm), UVC (200 à 280 nm), UVB (280 à 315 nm) et UVA (315 à 400 nm).

L'ensemble du spectre UV peut tuer ou inactiver de nombreuses espèces de micro-organismes, les empêchant de se répliquer. L'énergie UVC à 253,7 nanomètres fournit l'effet le plus germicide. L'application d'énergie UVC pour inactiver les micro-organismes est également connue sous le nom d'irradiation germicide ou UVGI.

Lors de l'exposition de micro-organismes à la lumière UVC, la lumière pénètre à travers leur paroi cellulaire et perturbe la structure de leurs molécules d'ADN, interdisant leur reproduction.

L'exposition aux UVC inactive les organismes microbiens tels que les bactéries et les virus en altérant la structure et les liaisons moléculaires de leur ADN (acide désoxyribonucléique). L'ADN est une « empreinte bleue » que ces organismes utilisent pour se développer, fonctionner et se reproduire. En détruisant la capacité de reproduction de l'organisme, il devient inoffensif puisqu'il ne peut plus coloniser. Après exposition aux UVC, l'organisme meurt sans laisser de progéniture et la population du micro-organisme diminue rapidement.

Les lampes germicides ultraviolettes fournissent un effet d'énergie ultraviolette beaucoup plus puissant et concentré que celui que l'on peut trouver naturellement. Les UV germicides constituent une méthode très efficace pour détruire les micro-organismes.

Sur le plan biologique, il a été prouvé que le rayonnement UVC est le plus bactéricide et le plus virucide et est très efficace pour inactiver la réplication du SARS-COV 

L'innovation Steril-Aire : utilisation des rayons UVC dans les systèmes de climatisation

Si la technologie ultraviolette a été mise au point il y a 100 ans, celle-ci ne fonctionnait pas avec de l’air froid ou en mouvement et ne pouvait donc être utilisée dans les systèmes de climatisation.

Grâce à son équipe de recherche et développement, Steril-Aire est parvenue à développer une gamme brevetée de lampes «UVC Emitters», spécifiquement conçue pour les systèmes de CVC . Quelque soit la vitesse de l’air, la température ou le taux d’humidité, les UVC Steril-aire émettent un spectre stable de 253,4 nm.

Steril-Aire – est la Société qui a développé et breveté des UVC pour la climatisation (CVC) en 1995. Les UVC ultra-hautes performances de Steril-Aire sont utilisés pour combattre les virus et les bactéries présents dans l'air qui circulent dans les systèmes de traitement de l'air. Éliminant radicalement l'ADN et l'ARN des micro-organismes ils sont donc très efficaces contre tous types de virus, y compris la grippe, le rhume, le Coronavirus / SRAS, le MERS, la rougeole et la rubéole.

Les noyaux de particules de ces virus peuvent rester en suspension dans l'air pendant des heures ou des jours en fonction du débit d'air et de l'humidité, et peuvent également contaminer les biofilms qui se développent sur des serpentins de refroidissement avec des taux de prolifération élevés.

Pour permettre un contrôle microbien constant, efficace et décisif, les émetteurs germicides UVC Steril-Aire sont installés dans les systèmes de climatisation et de traitement de l'air, ou autonomes pour les interventions visant à assainir les environnements et les surfaces, éliminant efficacement la possibilité de contamination par nettoyage simultané et constant des micro-organismes de surface et destruction des micro-organismes présents dans l'air.

Comment fonctionnent les UVC pour CVC ® ?

Les UVC ciblent l'ADN des micro-organismes, détruisant leurs cellules et rendant la réplication impossible. Dirigée vers un serpentin de refroidissement ou un bac de récupération, l'énergie UVC détruit le biofilm de surface. Les UVC détruisent également les virus et les bactéries en suspension dans l'air qui circulent dans un système CVC.

En appliquant la puissance des UVC à la source de la contamination – les serpentins de l'évaporateur CVC et le bac de récupération – l’UVC Steril-Aire détruit le réservoir de micro-organismes. Sans capacité de reproduction, les micro-organismes deviennent inactifs et inoffensifs. L'air de recirculation dans les systèmes CVC crée une redondance dans l'exposition des micro-organismes aux UVC, garantissant des passages multiples afin que l'énergie lumineuse soit efficace contre de grandes quantités de micro-organismes en suspension dans l'air. L’UVC Steril-Aire fournit l’émission UVC le plus élevée, augmentant l'efficacité du système CVC tout en améliorant la qualité de l'air intérieur.

Élimination de l'amplificateur, du réservoir et du mode de transport d'agents pathogènes

Quel est l'impact de la disparition du biofilm CVC sur la consommation d'énergie CVC ?

L'encrassement biologique des échangeurs de chaleur à ailettes et à tubes de l'évaporateur est un facteur clé de la diminution de la capacité CVC. Le biofilm agit comme un isolant, augmentant la résistance au flux d'air et diminuant le transfert de chaleur. Les ventilateurs fonctionnent plus longtemps pour maintenir le bâtiment à la température souhaitée, augmentant la consommation de kW avec une capacité de tonnage de refroidissement réduite. Une simple augmentation de 10 % du fonctionnement du moteur du ventilateur peut augmenter considérablement la consommation d'énergie. Les refroidisseurs et les pompes travaillent plus durement pour augmenter la température de l'eau de sortie et atteindre les points de température définis. Pour chaque degré d'augmentation de la température de l'eau, une économie de 1 à 2 % sera réalisée.

Les UVC à haut rendement Steril-Aire assurent un nettoyage continu des serpentins, éliminant le biofilm qui entraîne des réductions de l'efficacité opérationnelle. Des études ont montré que l'élimination d'une couche de biofilm de 0,06 cm peut réduire la consommation d'énergie CVC de 21 % en rétablissant le transfert de chaleur et l'efficacité du système. La chute de pression réduite du serpentin de refroidissement permet d'économiser l'énergie du ventilateur, tout en améliorant l'efficacité du transfert de chaleur du serpentin de refroidissement. Des points de consigne de température d'eau glacée plus élevés permettent à l'installation de refroidissement de fonctionner plus efficacement.

Comment l’UVC contribue-t-il à la maintenance et aux économies d'exploitation ?

Le nettoyage manuel des serpentins peut représenter une dépense d'entretien majeure en CVC et peut être très difficile à réaliser sur des systèmes unitaires petits et difficiles d'accès. Le nettoyage manuel n'élimine que temporairement les contaminants et, dans la plupart des cas, repousse simplement les contaminants biologiques plus loin dans les ailettes.

L’UVC Steril-Aire résout ces problèmes en éliminant le besoin de nettoyage chimique ou de lavage sous pression de n'importe quelle taille de batterie. Il élimine également les temps d'arrêt et les inconvénients associés. Les équipes d'entretien et les occupants du bâtiment ne sont plus exposés aux produits chimiques de nettoyage et aux désinfectants nocifs.

Les effets de nettoyage de surface des UVC aident à restaurer l'ancien système CVC à un fonctionnement efficace et à maintenir les nouveaux systèmes à l'efficacité de conception d'usine, tout en protégeant les composants du système contre les acides émis par le biofilm et les effets corrosifs du nettoyage chimique des serpentins.

L’auto-nettoyage des serpentins et des bacs à condensats détruit également les odeurs, toxines et autres allergènes. Il est prouvé scientifiquement qu'en irradiant les UVC sur les batteries des systèmes CVC, une économie de 20 % des coûts énergétiques est réalisée. 

Le rendement de la lampe UVC est-il important ?

La dose UV (μJ/cm2) = (intensité) x (temps d'exposition). L'intensité est définie comme la puissance du rayonnement électromagnétique incident sur une surface, généralement exprimée en microjoules par seconde par centimètre carré (μJ/s)/cm2.

Pour nettoyer les batteries efficacement et éliminer le biofilm, un dispositif UVC doit fournir un minimum de 1225 μW/ cm 2 d'énergie irradiant un point quelconque sur la surface de la batterie de l'air conditionné sur une journée et un minimum de 750 μW / cm 2 d'énergie irradiant un point quelconque sur la surface de la batterie au jour 365.

Tous les UVC ne sont pas équivalents 

Pour comparer scientifiquement des UVC les mesures doivent prendre en compte la température de l’air, la distance, la longueur de la lampe et la dose UV par watt.

Un test indépendant conduit par RTI International pour le compte de U.S Environnemental Protection Agency’s (EPA),  National Homeland Security Research Center (NHSRC) Technology and Testing and Evaluation Program (TTEP) a démontré que dans un environnement de vitesse de l’air de 2m/s, une température de 12.7°C  et à 1 mètre de distance, les UVC Steril-Aire délivraient la dose UV/Watt la plus élevée que les 8 autres, et que en moyenne ils étaient 6 fois plus efficaces sur la base de Kill/Watt. Les UVC Steril-Aire délivrent la meilleure performance du marché pour son efficience d’inactivation biologique tout en consommant le moins d’énergie.

Produit-il de l'ozone ?

Non, les appareils Steril-Aire ne produisent pas d'ozone ou d'autres contaminants secondaires.

Les UVC pour CVC peuvent-ils contribuer aux points LEED ?

L'utilisation d’UVC Steril-Aire peut contribuer aux points LEED et BREAM dans plusieurs types de projets dans un ou plusieurs des domaines suivants : énergie et atmosphère, efficacité de l'eau, qualité de l'environnement intérieur, processus d'innovation et de conception et priorités régionales.

Prévention et couts économiques

Les résultats d'une étude récente menée par l'Association internationale de la sécurité sociale (AISS) sur un échantillon de 300 entreprises de 15 pays du monde entier, ont montré que chaque euro dépensé en prévention garantit un retour économique (le Rop - Return on prévention) nettement plus élevé, égal à une moyenne de 2,2 euros. Les bénéfices reconnus ont donc été quantifiés en économies réalisées et valeur ajoutée acquise.

En raison de la pression sociale grandissante et des attentes croissantes des consommateurs, les entreprises sont de plus en plus sollicitées non seulement pour aller au-delà de la simple conformité réglementaire, mais également pour agir de manière plus responsable. Une réponse à ces attentes réside, bien entendu, dans la création d'un lieu de travail sain qui peut en outre impacter positivement la productivité et la compétitivité de l'entreprise. La tâche peut sembler ardue, mais nous pouvons encore inverser certaines tendances négatives, nous adapter pour minimiser les dommages, afin que garantir un environnement sain au sein d'une entreprise puisse devenir la garantie d'une économie durable et d'une société juste.